L'Algérie et sa diaspora mobilisées pour un 1er novembre « d'indépendance »

31/10/2019 17:59

Les Algériens se préparent à vivre un vendredi historique. Les appels à une mobilisation massive à l’intérieur comme à l’extérieur de l'Algérie se font de plus en plus retentissants pour le 37e vendredi de manifestations. Une date qui coïncidera avec la célébration du 1er novembre 1954, symbolisant le déclenchement de la guerre d'indépendance de l'Algérie.

Pour le peuple algérien, et plus précisément pour les représentants de la société civile, cette journée sera décisive. Les Algériens se sont réapproprié leur histoire depuis le 22 février 2019, en insistant tout particulièrement sur des dates symboliques comme cela fut le cas pour le 8 mars (journée nationale de la femme) et le 5 juillet (fête nationale de l’Indépendance). À travers ces dates, le peuple algérien a réitéré son attachement à ses revendications, dont : « le départ du système en place, la libération des détenus d’opinion, l’annulation de l'élection présidentielle, un état civil et non militaire, bannir la censure médiatique » et plus encore.

Les manifestants du 1er novembre se préparent en Algérie

Le président de la LADDH Noureddine Benissad a déclaré au journal le Courrier d'Algérie que « la mobilisation est restée la même depuis le début. Et les revendications populaires n’ont pas changé. À l’approche des élections, cette mobilisation s’accentue, car le peuple refuse d’aller vers des élections organisées par les symboles du régime qui ont mis ce pays à genoux ».

Selon lui, vendredi 1er novembre sera une occasion pour « réitérer ces revendications, mais aussi pour soutenir les détenus d'opinions dont le nombre est arrivé à 200 ». Enfin, Noureddine Benissad a conclu que « l'après 1er novembre sera un nouvel élan pour impulser encore plus le Hirak ».

La femme politique algérienne Zoubida Assoul a lancé un appel « à tous les citoyens algériens pour sortir en masse dans toutes les villes et coins de l'Algérie pour se réapproprier cet événement. Et organiser une marche grandiose en guise de referendum pour dire non aux élections du 12 décembre ».

Enfin, depuis samedi dernier, plusieurs groupes se disent fidèles au serment du Hirak du 22 février. Ils ont lancé un appel national pour inciter les citoyens à manifester vendredi 1er novembre. Nombre d'internautes ne jurent que par la réussite de la marche du 1er novembre.

La diaspora algérienne se prépare pour un 1er novembre de libération

La communauté algérienne établie en France a également appelé à faire de cette date historique un tournant décisif pour un changement radical en Algérie. Plusieurs centaines de personnes sont attendues à Paris. L’ensemble des collectifs de la diaspora algérienne ont exprimé leur détermination à marcher, ce vendredi 1er novembre en France, pour répondre à l’appel de leurs compatriotes qui se battent pacifiquement depuis le 22 février, soit 8 mois consécutifs, pour la fin du système en place ».

À Nice aussi, la diaspora algérienne est mobilisée. Le Collectif des Algériens des Alpes-Maritimes a appelé à l’organisation d’un « rassemblement de solidarité internationale avec le Hirak algérien », le vendredi 1er novembre, de 16 h à 18 h, à la place Masséna à Nice. Dans un communiqué, le collectif a écrit que « cet événement sera un moment de souvenir et de mémoire en hommage aux martyrs de la cause nationale ». Mais aussi pour « exiger la libération immédiate et sans condition de tous les détenus politiques, l’annulation des élections du 12 décembre prochain, une période de transition et un dialogue national, ainsi que l’organisation d'assises nationales de transition ».

Laisser un commentaire