Shérazade
23/10/2019 18:35

L'Algérie a-t-elle la solution à la fraude électorale ?

Hassan Boualem, directeur des titres et des documents sécurisés au ministère de l'Intérieur, a chanté les louanges de l'administration électronique. Il assure qu'elle devrait réduire la fraude des formulaires de candidature et souligne que « le ministère de l'Intérieur n’a plus aucun rôle dans le prochain scrutin ».

Le directeur des titres et des documents sécurisés a été l'invité de la Chaîne 1, mardi 22 octobre. Il a déclaré que « pour cette élection, la récolte des formulaires de candidats sera facilitée par ce système mis en place par le ministère de l’Intérieur ».

Dans ce même volet, Hassan Boualem a annoncé que « les dossiers de candidature et les listes électorales ne devraient pas être touchés par la fraude électorale, parce que l’administration électronique ne le permet plus ».

La fraude des formulaires de candidature ne cesse pas

Ainsi, à en croire ce directeur du ministère, nul ne peut désormais frauder sur les formulaires de candidature. Cette nouvelle est bien rassurante, seulement et seulement si, elle s’avère vraie.

Observ'Algérie a donc décidé de mener son enquête. Nous nous sommes rendus dans une mairie et avons demandé à un employé de nous expliquer le fonctionnement de ce système d’administration mis en place par le ministère de l’Intérieur. Notre interlocuteur nous a alors expliqué que « tous les agents de bureau des APC avaient  un accès libre et illimité au réseau de l‘administration ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Le système est sécurisé contre les attaques informatiques, mais une fois que les employés des mairies on accès, plus rien ne les retient. « Comment expliquez-vous que ces agents de bureau des APC retirent des documents variés à leurs voisins, amis et proches, sans que le moindre document ne leur soit exigé ? »  s'est interrogé notre source.

Par ailleurs, selon ce même employé, « certaines APC auraient même reçu des formulaires d'un candidat (dont notre source n’a pas voulu communiquer le nom, NDLR). Les employés des mairies attendent la fermeture de l’administration pour avoir accès au réseau. Ils prennent l’identité des citoyens sans leur consentement. Ils remplissent les formulaires et finissent par signer à leur place. Avec la complicité des présidents d'APC, les formulaires sont légalisés ».

Enfin, grâce à cette technique, nous a expliqué notre source, « les formulaires sont validés par le Conseil constitutionnel puisque l’identité des signataires existe réellement ». « La commission chargée de valider ces formulaires n’ira jamais jusqu'à contacter ces personnes dans le cadre d'une enquête sur les signatures », a-t-on appris.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus