Ahmed Oul
11/09/2019 10:00

Affaire Aigle Azur : La France réclame 15 millions d'euros à l'Algérie

Le nouveau secrétaire d'État français aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a indiqué, le 9 septembre dans une déclaration à BFM TV, que son département travaille en collaboration avec le gouvernement français pour récupérer « 15 millions d’euros qui sont bloqués en Algérie ».

Cette somme que les autorités françaises réclament à l’Algérie constitue un passif antérieur à 2012, lié à une partie des dividendes que la compagnie aérienne française Aigle Azur n’a pas pu transférer en France. Selon le quotidien algérien Liberté, qui cite une source algérienne proche du dossier, il s'agissait de « plus de 26 millions d’euros qui étaient en litige. Après moult interventions, Aigle Azur a pu récupérer une bonne somme. Il reste, en effet, environ 10 millions d’euros bloqués parce qu’il est difficile de les justifier ».

« La somme d’argent bloquée, actuellement est de l’ordre de 10 millions d’euros et non de 15 millions d’euros qui sont réclamés depuis des années pour des recettes cumulées entre 2002 et 2011 », précise la même source.

15 millions d’euros bloqués en Algérie, selon Jean-Baptiste Djebbari

Jean-Baptiste Djebbari a assuré que « 15 millions d’euros sont bloqués en Algérie ». « Nous travaillons avec le quai d’Orsay pour comprendre dans quelle mesure on peut débloquer cet argent, notamment pour le rapatriement en lien avec Air Algérie ou d’autres compagnies », a-t-il ajouté.

Cependant, le secrétaire d’État français reconnaît que la récupération de cet argent par la France est « très complexe ». Il faut noter qu'il est presque impossible pour la compagnie aérienne, placée en redressement judiciaire, de récupérer cet argent à moins d’une solution politique voulue par l’Algérie.

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus