Montage photo : Des missiles avec un drapeau algérien

L'Algérie se lance dans la fabrication des armes spécifiques

Algérie - L'Armée nationale populaire compte se lancer dans la fabrication d'armes spécifiques. Pour cela, elle s'est récemment dotée d'un Établissement de développement de systèmes techniques (EDST), un EPIC relevant du secteur économique de l'ANP, selon le décret présidentiel 19-200 publié le 11 juillet dernier.

Selon l'article 4 de ce décret, « l’établissement est chargé d’assurer les études, la conception, l’engineering et la fabrication des systèmes d’armes et des munitions spécifiques ».

En outre, L'EDST aura le pouvoir de procéder à des achats et à des ventes, mais aussi à l'importation et à l'exportation, selon un alinéa du même article. L'ANP pourrait donc désormais vendre les armes produites par cet établissement à des pays étrangers et pourra importer les composants nécessaires à cette fabrication.

La fabrication des armes se fera à Magra

C'est la ville de Magra, à M'sila, qui accueillera ce projet, selon l'article 3 du même décret. Ce dernier stipule également qu'« il peut être transféré en tout autre lieu du territoire national, par arrêté du ministre de la Défense nationale ».

Aussi, les concepteurs de ce projet dotent l'EDST d'un conseil d'administration composé de structures relevant du ministère de la Défense, mais aussi d'établissements commerciaux civils. On peut citer entre autres l'état-major de l'ANP, le département des approvisionnements, la direction des fabrications militaires et la direction des services financiers. C'est le ministre de la Défense qui préside de cette structure, selon l'article 8 du même décret.

Vers la fabrication de missiles en Algérie ?

Le décret présidentiel ne parle pas de partenaires étrangers. Mais selon le site spécialisé dans les affaires de défense MENA Défense, il y en aurait au moins trois. Il cite les Allemands, les Serbes et les Chinois comme actionnaires du projet.

C'est sur la base de ce détail que le site comprend que les armes spécifiques dont parle le décret sont des missiles. Il s'agirait alors de la SCAFSE (qui fabrique les systèmes radars, électroniques, optiques et de communications), l’ERIS (qui fabrique les munitions) et l’ONEX (qui produit les explosifs spéciaux). « Il s’agit de mettre en place un process permettant de fabriquer localement des systèmes de missiles, surface-surface, air-sol ou sol-air, ainsi que des obus et des roquettes guidées », estime MENA Défense. Si cela se confirme, il y aura un impact certain sur l'économie de l'Algérie.

Lire aussi : La course à l’armement se poursuit entre l'Algérie et le Maroc

Un commentaire

  1. Ping : L'armée algérienne parmi les 30 plus puissantes armées au monde

Laisser un commentaire