Algérie : Un enfant atteint d’un cancer expulsé d'un hôpital pour s’être plaint

04/11/2019 10:22

Un enfant atteint d’un cancer s’était plaint des conditions de prise en charge du centre d’oncologie d’Oran, auprès du ministère de la Santé. Suite à cette plainte, l' enfant a été expulsé de l’hôpital, sans que la moindre raison ne soit donnée.

Ainsi, la direction du centre d’oncologie Emir Abdelkader d’Oran a décidé que cet enfant atteint d’un cancer devait quitter l’établissement, alors que ce dernier n’a pas fini sa thérapie et a toujours besoin de soins et d’une prise en charge complète. Selon Ennahar TV, cette expulsion est une sorte de représailles parce que cet enfant s’était plaint des conditions de prises en charge des malades de ce centre, auprès du ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Mohammed Miraoui.

L’affaire de ce jeune malade a suscité une grande vague d’indignation. En effet, les internautes ont été très nombreux à dénoncer de tels agissements, « que veulent-ils encore ? Que les médecins entrent aussi en grève ? », a écrit un internaute. « Désormais, on n'a même plus le droit de se soigner en Algérie », s'indigne un internaute sur Facebook.

La direction réintègre l'enfant atteint de cancer

Après que l’affaire ait fait du bruit sur les réseaux sociaux, la direction du centre Émir Abdelkader a tenté de se justifier en déclarant que « le petit Mohamed aurait juste été transféré dans un autre hôpital. Un établissement dont les services seraient plus compétents ». Sauf que, l’établissement hospitalier universitaire d'Oran , où cet enfant a été transféré ne contient pas de service de pédiatrie.

Tout compte fait, la direction du centre d’oncologie d’Oran est revenue sur sa décision et a décidé de réintégrer l'enfant. Désormais, le petit Mohamed peut continuer ses soins et ses thérapies dans l’espoir que les conditions de prises en charge des malades soient améliorées dans ce centre.

Lire aussi : L'hôpital d'Oran rend le cadavre d’un enfant dans une boite en carton à son père

Laisser un commentaire