Ahmed Oul
30/07/2019 15:38

Algérie : Gaïd Salah rejette les mesures d'apaisement proposées par Bensalah

Algérie - Le chef de l’état-major de l’armée, le Général Gaïd Salah, a évoqué, ce mardi 30 juillet, en marge de la cérémonie organisée en l’honneur des meilleurs lauréats des Cadets de la nation au bac et au BEM, le sort des détenus arrêtés pour port du drapeaux amazigh lors des manifestations populaires.

Le vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP s'est attaqué violemment à ceux qui appellent à la libération des détenus pour port du drapeau amazigh. « Il m’appartient, dans ce contexte, de mettre en exergue certaines de ces idées empoisonnées que véhicule la bande et qu’adoptent certains porte-voix qui orbitent autour d’elle, notamment l’appel à l’élargissement des détenus, qualifiés à tort comme des prisonniers d’opinion, en guise de dispositions d’apaisement, selon eux ».

Ahmed Gaïd Salah  rappelle « encore une fois que seule la justice est souveraine de la décision, conformément à la loi concernant ces individus qui se sont pris aux symboles et aux institutions de l’État et ont porté outrage à l’emblème national ».

Gaïd Salah rejette l’allègement du dispositif sécuritaire

Le chef de l’état-major de l’armée Ahmed Gaïd Salah a aussi manifesté son rejet des mesures d'apaisement proposées par les membres de la commission nationale du dialogue et favorablement accueillies par le chef d'État Abdelkader Bensalah.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

« Concernant l’appel suspect et illogique portant sur l’atténuation des mesures sécuritaires entreprises au niveau des entrées de la capitale et des grandes villes, je tiens à indiquer que ces mesures préventives prises par les services de sécurité pour la sécurisation des marches sont des mesures prises pour l’intérêt du peuple et non le contraire ».

Pour rappel, Abdelkader Bensalah s’est engagé jeudi dernier, devant le groupe des six personnalités choisies pour mener le dialogue national, à étudier les possibilités de libérer les détenus d’opinions, alléger le dispositif sécuritaire autour de la capitale les vendredis et de travailler pour faciliter l’expression dans les médias, notamment à travers des débats argumentés ouverts à toutes les tendances, sans exception.

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus