Algérie : Haddad et Kouninef au cœur d'un nouveau scandale de corruption

25/10/2019 12:22

Une nouvelle affaire rattrape les hommes d’affaires déjà incarcérés. En effet, les services de la gendarmerie spécialisés dans les affaires de corruption sont désormais sur une nouvelle affaire, qui touche l’une des plus grandes entreprises du ministère de l’Énergie, Naftal.

D’après le média arabophone Echorouk, l’enquête préliminaire a révélé qu’un grand nombre de directeurs principaux et régionaux seraient impliqués dans un nouveau scandale de Naftal. Ces derniers sont soupçonnés d’avoir collaboré illicitement avec les hommes d’affaires qui sont actuellement incarcérés à la prison d’El Harrach.

Haddad a bénéficié d’une immense quantité de goudron

Selon les premiers détails de l’enquête, donnés par Echorouk, des avantages indus auraient été accordés à des hommes d’affaires contre des sommes d’argent colossales, estimées à des milliards de dinars. Ces dernières ont été versées aux directeurs. Cette enquête a d’abord révélé que « Ali Haddad aurait bénéficié d’une très grande quantité de goudron destinée à la construction de l’autoroute est-ouest », l’enquête a également enregistré « plusieurs autres dépassements qui concernent des accords entre Ali Haddad et Naftal. Des accords qui seraient contraires à la loi ».

Des projets de travaux publics pour les Kouninef

Par ailleurs, les services de la gendarmerie ont découvert lors de cette enquête que les frères Kouninef seraient eux aussi impliqués. Les entreprises des Kouninef auraient ainsi décroché des projets de travaux publics tout au long de cette autoroute est-ouest, sans l’accord de la commission chargée de délivrer les projets de construction et d’entretien. Enfin les enquêteurs seraient sur une autre affaire qui concerne cette fois-ci les aires d'autoroute et de services autoroutiers de Naftal.

Surfacturation des stations de services

La même source a ainsi évoqué la surfacturation des stations de services implantées tout au long de l’autoroute est-ouest. Les frais de ces aires de repos auraient atteint les 4 mille milliards de centimes. Cela concernerait principalement les stations de Relizane, Ain Defla,  Bordj Bou Arreridj, Setif et la wilaya de Mila. Selon les chiffres de ce rapport, le projet de construction d’une seule station aurait été estimé à environ 285 milliards de centimes, alors qu’en réalité, cette construction ne dépasserait pas les 100 milliards de centimes de dinars.

Laisser un commentaire