Aylan Afir
05/11/2019 16:48

Algérie : Les juges arrêtent leur mouvement de grève

Algérie - Les magistrats ont décidé d'arrêter leur mouvement de grève. Cette décision intervient après une réunion entre les représentants du Syndicat national des magistrats (SNM) et le secrétaire général du ministère de la Justice. La rencontre a eu lieu en présence du président de la Cour suprême, en tant que médiateur, et du président de l'union des avocats.

Dans son communiqué, le Syndicat des magistrats a publié certains aspects de l'accord qui a conduit à l'arrêt du mouvement de grève. Comme la mise en place d'un atelier de travail qui sera chargé d'examiner les moyens de consolider la revendication relative à l'indépendance de la justice. L'atelier en question comptera toutes les parties concernées, pour enrichir les textes et préparer les projets.

Aussi, l'accord aborde la question du dernier mouvement dans le corps des magistrats. Il est prévu que les magistrats qui contestent leur mutation puissent présenter un recours au Conseil supérieur de la magistrature. Ce dernier devrait trancher dans quelques jours, dit-on encore. Mais avant cela, les magistrats concernés doivent rejoindre leur nouveau poste pour une installation officielle, sans qu'ils ne soient obligés de commencer leur travail. De leur côté, les magistrats qui n'ont pas contesté leur transfert doivent, selon les termes de l'accord, rejoindre leurs nouveaux postes.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

D'un autre côté, le Syndicat national des magistrats fait savoir qu'aucun magistrat gréviste ne connaîtra une sanction en raison de sa participation au mouvement de grève et à l'action de protestation. De même que cette organisation syndicale a appelé à une enquête sérieuse et impartiale sur l'agression contre les magistrats qui a eu lieu dimanche 3 novembre au siège du tribunal d'Oran. Enfin, et dans un autre registre, l'accord entre les magistrats et leur tutelle inclut des revendications professionnelles et financières. Comme une hausse des salaires avec effet rétroactif depuis le mois de janvier 2019.

Lire aussi : Algérie : Les dessous du bras de fer entre les juges et le pouvoir

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

  • Ces magistrats c'est des égoïstes et des traitres du peuple Algérien! Le peuple Algérien, une fois débarrassé de cette mafia du pouvoir, va procéder à un grand nettoyage de ce corps le plus corrompus après les officiers supérieures de l'armée! L'histoire va retenir que ce corps des magistrats a tourné le dos au peuple Algérien pour des avantages matériels. Le hirak doit publier l'image, nom et prénom avec leurs adresses des juges qui ont emprisonnés injustement tous les détenus, comme ça le peuple saura qui sont tous ces personnes qui trahisse et abuse le peuple Algérien i

    Annuler votre réaction

    Laisser un commentaire

    • Tout à fait d'accord avec toi, que ces gens se terrent comme des rats une fois la victoire du peuple acquise. Je pense que l'on pourrait également prendre en photo chaque policier et chaque gendarme qui se montre violent ou arrête un manifestant. Ceux la aussi devront se cacher lorsque l'heure sera venue.

      Annuler votre réaction

      Laisser un commentaire

  • Je n'ai jamais arreté de vous dire que les juges errkhass, contrairement au Hirak ce sont des Harkis.
    Inchallah, le peuple les jugera comme des harkis.

    Annuler votre réaction

    Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus