Pica Ouazi
22/10/2019 19:19

Algérie : Le gouvernement s'attaque au marché noir des devises

Mohamed Loukal, ministre algérien des Finances, s'est exprimé, 21 octobre devant les députés de la commission des finances à l'Assemblée nationale. Le ministre s'est attaqué au marché noir des devises et à ses tenants, et a rejeté l'installation de bureaux de change.

Mohamed Loukal a expliqué que ce marché est détenu par les barons de l’import-export. Ceux-ci l’alimenteraient avec de grosses sommes d’argent. Le ministre a ajouté que hormis les transferts des Algériens établis à l’étranger, estimés à 2,5 milliards d’euros, le marché noir est sous le monopole de « ceux qui s’adonnent à la surfacturation de l’importation ». Mohamed Loukal préconise de « maîtriser la surfacturation de l’importation et l’évasion fiscale » afin de contrôler ce marché parallèle qui porte un coup dur à l’économie nationale.

Le ministre exclut l'ouverture de bureaux de change

Le ministre souligne que l’ouverture de bureaux de change ne serait pas une solution pour contrecarrer la mainmise des barons sur le marché. Il estime que ces derniers auront « un faible rendement en raison du manque d’activités touristiques en Algérie ». Il affirme que « ces bureaux ne pourront pas de ce fait drainer les devises circulant sur le marché parallèle ».

Importation des voitures d'occasion

Quant à l’importation des véhicules de moins de trois ans, Mohamed Loukal, contrairement aux experts, que cette opération ne va pas contribuer à la flambée du cours des devises sur le marché noir. Il explique que « l'État veille à ce que l’importation des véhicules de moins de trois ans s’effectue dans une totale transparence, d’où son refus d’autoriser les concessionnaires automobiles agréés à assurer ce type d’importation ».

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Le ministre des Finances remet ainsi en cause certains experts en économie qui ont préconisé l’ouverture des bureaux de changes pour pouvoir contrôler le taux de change. Une solution adoptée par les gouvernements précédents sans qu’elle ne soit jamais mise en application.

Lire aussi : Taux de change : Vers une nouvelle flambée de l’euro sur le marché noir

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus