Algérie : les chiffres alarmants de l’obésité et du surpoids

Illustration : Femme obèse (en surpoids) marchant dans une rue
Illustration : Obésité et surpoids

Une étude du ministère de la Santé indique que 30 % des femmes et 14,5 % des hommes seraient touchés par l’obésité en Algérie. Réalisée sur un échantillon de 7000 patients, elle montre que le fléau du surpoids touche 52 % de la population, toutes catégories confondues.

Selon les résultats de cette sérieuse étude sur « le diabète, le surpoids et l’obésité », menée par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière dans une quinzaine de wilayas, l’obésité toucherait 30 % des femmes algériennes et 14,5 % des hommes. Le surpoids, quant à lui, touche 52 % de la population.

Le surpoids et l’obésité se définissent comme une « accumulation excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ».  Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y a surpoids quand l’indice de masse corporelle (IMC) est égal ou supérieur à 25 ; et obésité quand l’IMC est égal ou supérieur à 30.

Selon le président de la Société algérienne de médecine interne (SAMI), le professeur Amar Tebaibia, « ces chiffres sont alarmants. Les statistiques de l’année 2018 font état de 14,4 % de la population atteinte de diabète. En 2003, ce taux ne dépassait pas les 7 %, ce qui indique que la maladie gagne du terrain dans la société algérienne, à cause d’un ensemble de facteurs, dont la sédentarité et le manque d’exercice, une alimentation riche en sucre, en plus du tabagisme », a expliqué le professeur.

Des campagnes de sensibilisation, pour lutter contre la malnutrition et encourager l’exercice physique, devraient être mises en place pour faire baisser le taux des diabètes et repousser le surpoids et l’obésité.

Ces chiffres ont été annoncés lors de la 12e Journée de diabétologie de l’Établissement hospitalo-universitaire d’Oran, qui s’est tenue du 7 au 9 février et qui a réuni près de 500 participants, venus du Maroc, de la Tunisie, du Mali, de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, de la France, de Belgique, de la Guinée et des États-Unis.

Lire aussi : Octobre rose : la sensibilisation au cancer du sein reste faible