Algérie: une jeune fille tuée et démembrée après avoir refusé la demande en mariage de son voisin

Le tribunal de Biskra a prononcé hier, 1er janvier 2019, une peine capitale à l’encontre de cinq personnes, et la perpétuité pour deux autres. Ces personnes, toutes de la même famille, sont impliquées ou sont complices de l’assassinat d’une jeune fille.

L’affaire remonte au 27 février 2018. Les habitants de la wilaya de Biskra au Sud-est d’Alger, ont découvert des sacs en plastique contenant des parties d’une jeune fille démembrée et jetés dans plusieurs endroits éloignés de la ville de Biskra.

Après que les services de la sûreté et de la protection civile aient pris l’affaire en main, une première enquête a permis d’identifier la victime. Il s’agissait d’une certaine H.S., âgée de 23 ans au moment des faits et portée disparue.

La brigade anticriminalité a alors procédé à l’arrestation de 7 personnes, d’une même et unique famille : une mère et ses six enfants (3 garçons et 3 filles), tous voisins de la victime. L’identification de ces criminels a pu se faire grâce aux caméras de surveillance de leur résidence. En effet, une vidéo montrait la victime arriver chez à son domicile familial en bonne santé. Le lendemain, les personnes inculpées seraient ressorti un à un avec de gros sacs en plastique. Ces mêmes sacs ont par la suite été retrouvés contenant les membres du cadavre de la jeune fille.

La brigade anticriminalité a indiqué que le principal coupable avait été identifié grâce à son ADN retrouvé sous les ongles de la jeune fille. En essayant d’échapper à son agresseur, S.H. avait éraflé le visage de celui-ci. Agé de 34 ans, cet homme était voisin de la victime et a fini par reconnaître les faits qui lui ont été reprochés.  Cet individu a avoué qu’il n’entretenait aucune relation avec la victime et qu’il l’avait tué par vengeance parce qu’elle avait refusé sa demande en mariage, d’une manière « humiliante ».

Deux des sœurs de la victime ont reconnu les faits, contrairement à ses deux frères, à une de ses sœurs et à sa mère qui continuent de nier leur complicité dans le meurtre et la dissimulation du corps de la jeune S.H.

Le tribunal a prononcé la peine capitale pour le principal inculpé, sa mère, ses frères ainsi que l’une de ses sœurs ; ainsi qu’une peine d’emprisonnement à perpétuité pour les deux autres sœurs qui ont bénéficié de circonstances atténuantes.