Exclusion de la Kabylie de la session spéciale du BAC : «Une rumeur malsaine»

Annoncée par Ennahar TV sur son «News Ticker», lors du passage de  Nedjadi Messeguem, inspecteur général au ministère de l’éducation nationale, sur le plateau de la chaîne arabophone et relayé par plusieurs médias. L’exclusion des deux wilayas de Kabylie, Béjaia et Tizi Ouzou, de la session de rattrapage du BAC 2017 pour les candidats retardataires n’est qu’une «rumeur malsaine», selon Abdelouahab Guellil, chef de cabinet au ministère de l’éducation nationale.

Pour Abdelouahab Guellil, chef de cabinet au ministère de l’éducation nationale interrogé par nos confrères de la dépêche de Kabylie à l’occasion de son déplacement à Aokas dans la wilaya Béjaia pour assister à la journée d’évaluation de l’opération pilote «Lecture, plaisir et théâtre à l’école», l’information  n’est pas fondée en précisant que «la wilaya de Tizi-Ouzou a enregistré 2 558 candidats concernés, alors que celle de Béjaïa en a 2 180, dont 252 scolarisés».

Pour rappel, le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune a annoncé le 23 juin à Alger l’organisation, sur instruction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, d’une session spéciale du baccalauréat pour les élèves ayant été exclus de la dernière session pour cause de retard.

M. Tebboune a indiqué que «la session spéciale au profit des candidats exclus pour cause de retard sera organisée du 13 au 17 juillet».