Enquête sur un scandale sexuel impliquant un haut diplomate algérien en Tunisie

Le présumé scandale impliquant un haut diplomate algérien en Tunisie, révélé par la victime qui a déposé une plainte le 23 mai 2016 auprès du tribunal d’Alger par la voie de son avocat, connait un nouveau rebondissement suite aux informations faisant état sur la presse de nouveaux éléments dans l’enquête.

En effet, la victime portant les initiales N.L âgée de 56 ans, employée au consulat d’Algérie à Tunis accuse le haut diplomate d’attentat à la pudeur, harcèlement et agression sexuelle « Il se lève et se penche sur moi pour me saluer de manière familière, la bise, et essaie alors de m’embrasser sur la bouche et de toucher ma poitrine. Je me suis défendue en le repoussant, mais pris d’un accès de folie il me retient contre lui et tente de dégrafer mon chemisier (…) Ne pouvant pas me déshabiller, il m’empoigne alors par les cheveux, me tire vers lui et me fait baisser la tête violemment. Et me dit « tu vas voir qui est le maître » rapporte la presse en citant un mail envoyé par la victime à son avocat et des SMS gardés comme des preuves matériels.

Selon des informations citant des sources proches du dossier, le doyen des juges d’instruction près le tribunal de Bir-Mourad-Raïs chargé de l’affaire poursuit l’enquête.