Vague d’expulsions d’Algériens sans-papiers en Allemagne

Illustration : expulsion de migrants sans-papiers
Illustration : expulsion de migrants sans-papiers

534 ressortissants algériens, en situation irrégulière sur le territoire allemand, ont fait l’objet d’une procédure d’expulsion entre septembre et décembre 2018 , selon la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH). 

Selon le rapport de l’ONG algérienne, l’expulsion des Algériens a connu une forte accélération depuis la visite effectuée par la chancelière allemande Angela Merkel à Alger en septembre dernier où elle avait signé un accord pour « le transfert des migrants algériens en situation irrégulière en Allemagne ».

Tout en dénonçant ces expulsions, la LADDH s’interroge sur « le silence des organisations internationales de défense des droits de l’Homme» sur le dossier des expulsions d’Algériens d’Allemagne «alors qu’elles sont si promptes à réagir quand il s’agit des expulsions similaires menées par les autorités algériennes contre des migrants clandestins arabes ou africains».

Selon les derniers chiffres rendus publics à l’occasion de la Journée internationale des migrants, plus de 5 000 ressortissants algériens, se trouvant en situation irrégulière en Europe, ont fait l’objet au cours de l’année 2018 d’une procédure d’expulsion vers leur pays d’origine, l’Algérie.

En décembre dernier, la LADDH a indiqué que le nombre d’Algériens arrêtés à la frontière européenne au cours des dix premiers mois de l’année 2018 s’élevait à 12 700 personnes, contre 14 000 pendant l’année précédente.