Alerte en Algérie et en Tunisie : Des produits mortels introduits sur le marché

Produits et aliments carcinogènes
Produits et aliments carcinogènes

Les autorités algériennes mettent en garde contre des produits alimentaires hautement cancérigènes introduits sur les marchés algériens et tunisiens, dans une correspondance adressée, mercredi 9 janvier, aux établissements sanitaires.

Dans ladite correspondance officielle, dont ObservAlgerie détient une copie, les autorités algériennes exhortent les directions des établissements publics de santé à mettre en place une campagne de sensibilisation contre la consommation de ces produits. Le même document cite la Direction Générale de Sûreté Nationale (DGSN) comme source de l’alerte.

En effet,  les produits alimentaires mis en cause contiennent des substances qualifiées de hautement cancérigènes par la correspondance, à savoir le F211, E30, E102, E171, E211, E330, E223 et le E307. Ainsi, le jus de Mango « Delta », la poudre de jus et le jus fortifiant « Squach » de fabrication américaine, de même que les chips « El Batal » et le biscuit (Caster Crème), sont déconseillés à la consommation par les autorités algériennes.

Une législation commerciale obsolète

Contacté par nos soins, un médecin spécialiste a confirmé la dangerosité de ces substances pour la santé des consommateurs, notamment les enfants et les femmes enceintes. Il a de ce fait exhorté « les autorités algériennes à retirer ces produits du marché et mettre en place une législation qui interdit leur importation ». La même source, ayant requis l’anonymat, déplore des « moyens insuffisants pour une campagne de sensibilisation efficace » et a également appelé les mêmes autorités à « s’impliquer et mettre en place une stratégie de communication mobilisant les médias de masse publics, à l’instar de la télévision algérienne ».

Le cancer progresse en Algérie

Le cancer vient en 2e position de la morbidité générale en Algérie, après la pathologie cardio-vasculaire. Des milliers de nouveaux cas de cancer sont enregistrés annuellement et une progression constante est attendue par les spécialistes dans les 10 prochaines.

Plus de 50 000 nouveaux cas de cancer par an sont donc attendus à partir de 2025, selon le professeur Kamel Bouzid, chef du Service d’oncologie du Centre Pierre et Marie Curie (CPMC), cité par le journal L’Expression.