Produits cancérigènes importés : cacophonie entre le secteur du Commerce et celui de la Santé

Algérie – L’épisode des produits cancérigènes importés, dont l’alerte a été donnée le 6 janvier dernier par le directeur de la Santé de la wilaya de Djelfa, a connu aujourd’hui un nouveau rebondissement qui remet en cause la crédibilité des institutions de l’État.

En effet, l’information donnée par cette institution publique vient d’être démentie par une autre institution publique, par l’intermédiaire du directeur chargé de la Qualité et de la Répression des fraudes au Ministère du Commerce, Abderrahmane Benhazil, qui s’est entretenu mardi 15 janvier avec Ennahar TV.

« Les produits cités ne sont même pas importés […] Il faut savoir que tous les composants entrant dans la fabrication des produits alimentaires sont contrôlés et ne constituent donc aucun danger pour la santé du citoyen », a déclaré Benhazil en référence à l’instruction du directeur de la Santé et de la Population de la wilaya de Djelfa, qui a lancé l’alerte et qui a surtout créé une certaine psychose au sein de la population.

Dans une correspondance datée du 6 janvier et adressée aux responsables de tous les établissements hospitaliers de sa wilaya, le directeur de la Santé de la wilaya de Djelfa a appelé à lancer une campagne de sensibilisation auprès de la population pour faire face à une tentative d’importation de produits alimentaires contenant des éléments cancérigènes, citant les additifs E330, E171, E102, E307, E325, E339 et F211.

Cette alerte est intervenue suite à des informations rapportées par les services de sécurité qui étaient, eux-mêmes, informés par un médecin tunisien, conseiller à l’Organisation mondiale de la santé. Ce dernier a mis en garde contre des produits contenant des éléments cancérigènes susceptibles de détruire les cellules immunitaires.

Finalement, plus de peur que de mal dans cette histoire, hormis la cacophonie qui caractérise souvent la coordination entre les institutions d’un même Etat.