Pica Ouazi
05/11/2019 16:19

L'État algérien octroie une prise en charge médicale de 900 000 euros à une patiente

Algérie - Une patiente a bénéficié d’une prise en charge médicale de 900'000 euros à l’étranger, a révélé le professeur Kamel Bouzid sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale, le jeudi 31 octobre.

Le chef de service d’oncologie au Centre Pierre-et-Marie-Curie (CPMC) et président de la Société algérienne d’oncologie médicale affirme qu'une patiente « a dû se déplacer 33 fois au cours de cette année pour bénéficier de son traitement d’immunothérapie ».

Le professeur explique que les autres patients, qui sont dans des situations très graves, se voient rejeter leurs demandes. « D’autres patients attendent. Dont une malade pour qui le dossier de prise en charge que j’avais soumis a été rejeté par la commission pour soins à l’étranger. Sous prétexte que le médicament est disponible à la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) », raconte le professeur Kamel Bouzid.

Kamel Bouzid s’insurge contre cette politique discriminatoire. « On aurait pu soigner 5 malades pour la même pathologie avec ce qu’a coûté cette patiente à la Sécurité sociale et à l’État. Un collègue médecin qui nécessite également une prise en charge s’est vu refuser ce privilège », dénonce-t-il.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Le professeur appelle à « arrêter cette politique de deux poids deux mesures ». Il conclut par une interrogation sur les conventions : « La Sécurité sociale et le ministère de la Santé signent des conventions avec les Belges et les Français. Pourquoi ne vont-ils pas signer des conventions avec les Algériens ? »

Il faut signaler que faute de prises en charge médicale à l’étranger par l’État algériens, plusieurs villages en Kabylie s'organisent en collectif afin de collecter des fonds pour soigner des malades que les médecins au niveau national n’ont pas pu prendre en charge. Ils sont des dizaines de jeunes qui sillonnent les villes et villages chaque jour pour faire des quêtes et se substituer ainsi au rôle de l’État.

Lire aussi : Algérie : le transfert des malades pour des soins à l’étranger en forte baisse

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus