Algérie : La Suisse se prononce sur le gel des avoirs de Bouteflika

13/06/2019 16:00

Le conseiller fédéral suisse, Ignazio Cassis, a répondu, ce mercredi 12 juin, à la proposition du groupe socialiste au parlement portant sur le gel, à titre de précaution, des avoirs illégitimes et illicites du clan du président algérien déchu, Abdelaziz Bouteflika, détenus dans des banques suisses, indique le site officiel de l'Assemblée fédérale de la Suisse. 

Ignazio Cassis a affiché la disposition de son pays à collaborer avec les autorités algériennes pour garantir le retour de l'argent pillé par le clan familial et politique de l'ex-président algérien. « La stratégie de coopération suisse pour l’Afrique du Nord prévoit entre autres la possibilité de soutenir des projets en lien avec des processus démocratiques », a-t-il indiqué.

Le conseiller fédéral suisse souligne à cet effet qu'« en matière de lutte contre les avoirs d’origine illicite, la Suisse a développé un dispositif s’appuyant sur deux piliers principaux : la prévention et la répression. La Suisse continue à suivre avec attention les développements en Algérie ». Il rappelle également que « dans ce contexte et en accord avec les autorités algériennes, la Suisse a déjà soutenu quelques activités en Algérie dans le passé récent, par exemple un renforcement des capacités en matière de droits de l’homme ».

Bloquer l'argent détenu par des oligarques algériens

Le député socialiste, Sommaruga Carlo, auteur du texte déposé le 5 juin au niveau du Conseil national suisse, à travers lequel il interpelle les autorités fédérales sur l'urgence d'une action gouvernementale visant à bloquer l'argent illicite détenu par des oligarques algériens et des proches de l'ancien président, Abdelaziz Bouteflika. Le parlementaire propose de geler ces avoirs pour prévenir leur disparition, et afin de les remettre ensuite au peuple algérien.

« Le clan familial et politique de l'ex-président algérien a mis en place un système de prévarication et d'accumulation d'avoirs illicites. Les premières arrestations pour corruption ont eu lieu. Des interdictions de sortie du territoire algérien ont été prononcées contre des agents suspectés de corruption. Il est notoire que les banques suisses détiennent des avoirs algériens illégitimes. Pour prévenir leur disparition et le non-retour au peuple algérien, le Conseil fédéral entend-il geler ces avoirs? », lit-on dans le texte adressé au représentant du gouvernement suisse.

Plainte au niveau du Conseil fédéral suisse

Pour rappel, Maître Lachemi Belhocine, avocat algérien établi à Fribourg en Suisse, est l’un des auteurs d'une plainte déposée au Conseil fédéral de la Confédération suisse pour recouvrer les biens et les avoirs financiers pillés par les dirigeants algériens sous le règne de Bouteflika. Il a assuré « qu’entre 1000 et 1500 sociétés ont été créées en Suisse pour siphonner l’argent algérien en éditant des factures », grâce à un « système qui se serait notamment développé sous couvert d’activités commerciales dans le domaine de l’agroalimentaire ».

Lire également : Debout l’Algérie, un collectif de la diaspora pour récupérer l’argent détourné

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus