Aylan Afir
26/09/2019 17:04

Algérie : Tebboune se dit victime du régime de Bouteflika

Algérie - L'ancien Premier ministre Abdelmadjid Tebboune s'est exprimé, ce jeudi 26 septembre, à sa sortie du siège de l'Autorité de contrôle des élections où il a retiré les formulaires pour son dossier de candidature à l'élection présidentielle du 12 décembre prochain. Il a dit qu'il a été personnellement victime du régime de l'ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika.

« J'ai souffert personnellement de l'ancien régime. J'ai été puni, et mon fils a aussi été puni », a affirmé le Premier ministre, qui n'a occupé son poste que durant trois mois en 2017. Pour montrer qu'il était aussi victime sous le règne du président déchu, Abdelmadjid Tebboune a fait savoir que son portrait n'est plus sur le mur du Palais du gouvernement, comme ses prédécesseurs et ses successeurs. « Ils ont même enlevé ma photo du Palais du gouvernement. Vous pouvez aller vérifier », a-t-il déclaré.

Devant les journalistes, l'ancien ministre de l'Habitat n'a pas manqué de signaler qu'il a demandé depuis très longtemps à satisfaire les revendications populaires exprimées depuis février. « J’ai été parmi les premiers à revendiquer ce que demande le Hirak aujourd'hui », a-t-il ajouté. Tebboune a-t-il choisi comme stratégie de se présenter en victime du régime de Bouteflika ?

Ali Benflis attaque Abdelmadjid Tebboune

Tebboune a bien senti que ses adversaires allaient l'attaquer pour sa présence dans les gouvernements de Bouteflika. D'ailleurs, aujourd'hui, c'est l'ancien chef du gouvernement sous Bouteflika, Ali Benflis, qui l'attaque dans ce sens. Candidat lui aussi, le président de Talaie El Hourriyet a assimilé une éventuelle candidature de Tebboune comme un cinquième mandat de Bouteflika renouvelé avec un nouveau nom.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Abdelmadjid Tebboune, interrogé sur la question, a refusé de polémiquer. « Les temps sont difficiles, ce n’est pas le moment de la polémique et du refus de l’autre », a-t-il rétorqué. Il préfère jouer le rôle de rassembleur en affirmant que « l'Algérie a besoin de tous ses enfants ».

Lire aussi : Élections présidentielles : Abdelmadjid Tebboune entre en course

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus