Kouceila Rek @KouceilaRekik
04/11/2019 19:11

Les Algériens autorisés à importer les voitures Diesel de moins de 3 ans ?

Les membres de la Commission des finances et du budget à l'Assemblée nationale (APN) ont autorisé, ce lundi 4 novembre, l'importation des voitures d’occasion à motorisation diesel, en dépit de la décision du gouvernement de l'interdire.

Selon les informations du quotidien arabophone El Bilad, les membres de la commission des finances ont approuvé, ce matin, le rapport préliminaire sur le projet de loi de finances 2020. Ce dernier sera présenté au débat lors de la séance publique qui débutera mardi. L’importation de véhicules à moteur diesel y serait donc autorisée malgré l'autorisation exclusive des voitures de catégorie essence par le gouvernement.
Les membres de la commission ont argumenté leur demande d’autorisation de ce type de voitures par le fait que les unités d’assemblage de voitures en Algérie produisent, elles aussi, des véhicules à motorisation Diesel. De son côté, le ministre du Commerce Saïd Djellab avait affirmé que l’importation de voitures à « moteur essence » est une « question tranchée et irréversible ».

Il est à rappeler que gouvernement avait fixé 5 conditions pour l’importation de véhicules d’occasion. En plus d’un moteur essence, le véhicule importé doit être équipé d’un dispositif de carburation GPL/GNC ou adapté pour subir la transformation pour passer au GPL. Le citoyen qui voudra importer un véhicule devra s’acquitter des droits et taxes, comme le prévoit le régime de droit commun. Le payement se fera par débit de son compte en devise ouvert en Algérie et il ne pourra importer qu’une seule voiture d'occasion tous les 3 ans.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Dans le même sillage, les membres de la commission des finances ont accepté la proposition présentée par le député de la communauté Noureddine Belmeddah. Ce dernier avait demandé la suppression de la taxe de 6'000 dinars imposée aux émigrés et autres non-résidents voyageant en Algérie. Cette taxe représentait une compensation à la caisse de l’État pour le carburant subventionné, ainsi que pour la taxe pour la vignette automobile.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus