Shérazade
26/10/2019 16:24

Les Algériens paieront plus cher pour importer une voiture d'occasion

La loi de finances 2020 autorise les citoyens à importer des voitures d’occasion, à condition qu’elles aient un moteur essence et qu’elles soient de moins de trois ans. Une fois que ce véhicule a été acheté à l’étranger, des taxes et des droits viendront s’ajouter aux frais d’acquisition. Un véhicule d’occasion coûtera-t-il plus cher qu’un véhicule neuf ?

La réponse est oui. Un véhicule d'occasion coûtera plus cher qu'un véhicule neuf. Car un véhicule neuf dont le montage se fait en Algérie reviendrait à environ 1'080'000 dinars. À cette valeur, il faut ajouter les 15 % des droits de douane, les 19 % de la taxe sur la valeur ajoutée ainsi que la taxe sur le véhicule neuf. Le prix de vente final de ce même véhicule sur le marché algérien atteindrait les 1'900'000 dinars (calculé avec le taux de change de la banque, soit 120 dinars pour un dollar).

Cependant, pour le même véhicule, mais d’occasion, le coût final reviendrait à environ 2'600'000 dinars TTC (droits de douane, TVA et divers frais compris). Il est toutefois important de préciser que ces calculs ont été faits sur une base de taux de change d’un dollar pour 180 dinars.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Les « voitures d'occasion » vont-elles causer la hausse de l'euro ?

Par ailleurs, le dollar vaut actuellement dans les 182 dinars, alors qu’un euro vaut 201 dinars. Cette petite différence entre les deux monnaies fait qu’un véhicule d’occasion acheté en Europe risquerait de revenir encore plus cher. En effet, un véhicule importé de moins de trois ans risque de coûter plus cher qu’un véhicule neuf. Les particuliers devraient s’acquitter de tous les frais sur leurs fonds propres, ce qui les obligerait à passer par le marché parallèle des devises.

Enfin, cette mesure mise en place pour faciliter l’achat des véhicules d'occasion risquerait, en contrepartie, de créer des tensions sur le marché informel des monnaies étrangères, notamment l’euro. Une grande demande provoquerait la hausse de l’euro. Les économistes parlent également de réseaux de trafic et des transferts illicites de devises vers l’étranger.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus