Plus de 560 000 Algériens se font soigner à l’étranger

Photo : CHU de Beni Messous
Photo : CHU de Beni Messous

Plus de 560 000 Algériens se rendent annuellement dans des pays étrangers pour se soigner, faute d’un système de santé fiable en Algérie, selon un rapport de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH).

Selon le texte mis en ligne mardi 12 février, ils sont environ 450 000 ressortissants algériens à opter pour les établissements hospitaliers en Turquie pour leurs soins, alors que leur nombre de ceux qui choisissent les hôpitaux tunisiens a atteint les 100 000.

En outre, environ 10 000 Algériens choisissent la France pour leurs soins, indique encore la LADDH, en précisant que les personnes concernées paient elles-mêmes tous les frais.

Les auteurs du rapport expliquent cette tendance par, entre autres, « les mois d’attente pour être pris en charge [en Algérie], les circuits de tourisme médical vers la Tunisie et la Turquie relayés par des médias algériens, la multiplication des erreurs médicales qui ont causé la mort de 1200 malades [en Algérie], ainsi que l’absence de formation adéquate de maintenance du matériel médical ».

La LADDH rappelle que 9 ministres ont dirigé le département de la Santé depuis 2016 et 82 milliards de dollars ont été dépensés par le secteur. La Ligue des droits de l’Homme va jusqu’à remettre en cause l’idée de réforme hospitalière évoquée depuis des années par le gouvernement.

Notons que ces informations sont rendues public quelques semaines après celles donnant le nombre effarant des médecins – près de 16 000 – qui ont quitté l’Algérie et les 4 000 médecins spécialistes qui ont postulé pour un départ définitif durant l’année 2019.