Chrystia Freeland accueille chaleureusement Rahaf Mohammed Al-Qunun à l’aéroport de Toronto

Crise diplomatique Canada - Arabie Saoudite : Rahaf Mohammed Al-Qunun ravive les tensions

L'Arabie Saoudite considèrerait la sur-médiatisation de l'accueil officiel réservé par le Canada à la jeune demandeuse d’asile Rahaf Mohammed Al-Qunun comme une « nouvelle provocation » de la part du gouvernement Trudeau.

Rahaf Mohammed Al-Qunun, la jeune saoudienne ayant fui sa famille en Thaïlande, est arrivée samedi 12 janvier au Canada. C'est la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, en personne, qui l'a accueillie à l’aéroport de Toronto. De nombreux journalistes s'y sont rendus pour immortaliser l’événement et montrer leur soutien à la jeune fille de 18 ans.

« L'arrivée triomphale de la demandeuse d'asile et la réception euphorique qui lui a été réservée visait à donner explicitement l'image d'une rescapée parvenue à fuir un cauchemar », explique un observateur.

Malgré l'absence, jusqu'ici, d'une réaction officielle des dirigeants saoudiens, le royaume wahhabite verrait d’un très mauvais œil la démarche des autorités canadiennes, et surtout sa surmédiatisation, estiment plusieurs experts.

Ottawa frappe fort

L'adolescente saoudienne, qui souhaitait au début trouver refuge en Australie, avait finalement opté pour le Canada : « Le seul pays qui m'ait vraiment aidé, finalement […]. Les autres ont eu peur et sont des lâches », a-t-elle commenté sur les réseaux sociaux dès son arrivée à Toronto.

En pleine crise diplomatique depuis août dernier, Ottawa a frappé fort sur le plan politique et médiatique. À l'opposé, Riyad essuie un nouveau revers qui ternit davantage son image sur la scène internationale après le scandale du meurtre du journaliste opposant Jamal Khashoggi.

Des relations tendues entre les deux pays

Rappelons que l'été dernier, l’Arabie Saoudite a réagi sévèrement à un tweet de la ministre des Affaires étrangères. En effet, Chrystia Freeland avait posté un message se disant « très alarmée d’apprendre l’emprisonnement de Samar Badawi, la sœur de Raïf Badawi, en Arabie Saoudite. Le Canada appuie la famille Badawi dans cette épreuve difficile, et nous continuons de fortement appeler à la libération de Raïf et Samar Badawi ».

Les autorités saoudiennes ont alors ordonné l’expulsion de l’Ambassadeur canadien à Riyad, Dennis Horak et le rappel de son ambassadeur en poste à Ottawa, ainsi que le gel des toutes les activités commerciales avec le Canada. L'affaire « Rahaf Mohammed Al-Qunun » risque donc de raviver les tensions entre les deux pays.

Un commentaire

  1. Ping : Les Saoudiennes peuvent voyager sans l'autorisation d'un homme

Laisser un commentaire