Aylan Afir
23/07/2019 20:19

Algérie : Privés de leurs leaders, les partis de l'Alliance présidentielle cherchent à se renouveler

Les quatre partis de la défunte alliance présidentielle se cherchent de nouveaux visages pour faire oublier leur participation au régime de Abdelaziz Bouteflika. Après l'emprisonnement de leurs chefs, le FLN, le RND, le MPA et le TAJ tentent de se repositionner dans le champ politique. Ils installent des intérimaires en attendant leurs congrès respectifs.

En effet, il ne reste que le TAJ, le parti de Amar Ghoul, qui n'a pas encore installé un remplaçant à son secrétaire général incarcéré pour des affaires de corruption. La direction du parti a programmé, dans ce sens, une réunion du Conseil national pour le 2 août.

En ce qui concerne le MPA de Amara Benyounes, le Conseil national a déjà installé le député de Tissemsilt Cheikh Berbara, avant même que Amara Benyounes ne soit envoyé à la prison d'El Harrach. Selon des sources proches de ce parti, le parti a nommé Cheikh Berbara pour un intérim à l'occasion des vacances. Cela se passe ainsi chaque année, dit-on, mais pour cette année, l'intérim à la tête du MPA risque de durer plus longtemps que prévu. Cheikh Berbara, un fidèle de Amara Benyounes, pourrait être confirmé, y compris lors d'un prochain congrès ordinaire.

De nouveaux visages pour les partis de l'Alliance ?

Faire peau neuve, c'est aussi ce qu'a tenté le RND à travers la nomination de Azeddine Mihoubi comme intérimaire. Mais il faut dire que l'ex-ministre de la Culture ne constitue pas un nouveau visage, notamment aux yeux du peuple. Ce dernier peut l'adopter, comme il peut le rejeter. En tout état de cause, le parti de Ahmed Ouyahia a pris des risques en procédant à sa désignation. Il reste à connaître la réaction de la population face à cette nouvelle situation.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

En outre, le FLN a également procédé à un changement à sa tête. Après un départ tonitruant de Djamel Ould Abbes, l'ex-parti unique a eu Mouad Bouchareb comme secrétaire général pour quelques mois seulement, et le remplacement de ce dernier d'une façon tout aussi tonitruante n'a pas causé de chamboulement.

En effet, le comité central du FLN a jeté son dévolu sur Mohamed Djemaï, un homme d'affaires qui a passé 17 ans à l'APN, dont 9 en tant que vice-président. Là aussi, on ne peut parler d'un visage neuf, même si le concerné est relativement plus jeune que les dirigeants habituels du parti. La nouvelle direction doit fournir un grand effort pour convaincre la population du bien-fondé de sa démarche.

Pour rappel, les chefs du RND, du FLN, du MPA et du TAJ, Ahmed Ouyahia, Djamel Ould Abbes, Amara Benyounes et Amar Ghoul sont tous à la prison d'El Harrach dans des affaires de corruption en Algérie, en lien avec plusieurs hommes d'affaires, notamment Ali Haddad et Mahieddine Tahkout. À la recherche de nouveaux visages, ces partis veulent se mettre rapidement en ordre de marche pour affronter les prochaines échéances électorales. Ils espèrent ainsi qu'avec de nouvelles figures, cela passera mieux auprès du peuple algérien.

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus