Kamel Daoud réagit aux allégations sur sa condamnation présumée

21/10/2019 14:49

Plusieurs médias pro-islamistes ont annoncé que l'écrivain algérien Kamel Daoud a été condamné par la justice. Il aurait écopé de 3 mois de prison avec sursis et d'une amende de 20'000 dinars. Les raisons en seraient « coups et blessures volontaires » et « usage d'arme prohibée » à l'égard de son ex-épouse.

Le chroniquer serait condamné par contumace, selon les documents publiés par ces sites, notamment El-Hayat et Oumma. Ce dernier se présentant comme offrant un « point de vue musulman sur l'actualité ». Ces médias affirment que cette affaire a été passée sous silence pour ne pas porter atteinte à l’écrivain, connu pour ses positions en faveur de l’égalité des sexes et les droits des femmes.

Ainsi, si l’information s’avère juste, elle serait un coup de tonnerre et un véritable camouflet pour Kamel Daoud, qui se présente comme un progressiste qui a toujours condamné la violence faite aux femmes et le déni de leurs droits.

Il faut rappeler qu’il a notamment écrit La fin de la femmophobie ?, Tant que la femme sera emprisonnée, nous ne serons pas libres, Martin Luther est une femme, ainsi qu'Enfermer la femme, c’est s’emprisonner soi-même. L'auteur a aussi appelé à « libérer la femme arabo-musulmane ».

Kamel Daoud réagit et compte déposer plainte

L’écrivain a réagi à cette information en accusant ses auteurs de vouloir porter atteinte à sa personne. Kamel Daoud annonce qu’il fera appel aux tribunaux afin de le réhabiliter.

L'écrivain s'exprime ainsi dans un tweet, il dénonce des « propos diffamatoires ciblés » sur sa personne circulant sur les réseaux sociaux et portés des journaux électroniques. « Une plainte sera déposée », ajoute-t-il.

Lire aussi : L’Algérien Kamel Daoud de nouveau primé en France

Laisser un commentaire