Kabylie : Une statue à l’effigie du roi berbère Chachnak

Le Président de l’APW de Tizi-Ouzou, monsieur Youcef Aouchiche, a dévoilé hier, en marge de la célébration des festivités de Yennayer, d’importantes décisions en vue de la promotion de tamazight dans la région. Ces résolutions couvrent la création d’un prix de la meilleure commune en matière de la socialisation et de l’usage de tamazight, ainsi que l’édification d’une statue à l’effigie du roi berbère Chachnak.

Dans une vidéo postée sur sa page Facebook, le président de l’APW, monsieur Youcef Aouchiche, a annoncé d’importantes décisions en vue de la promotion et du développement de la langue berbère. Un concours de la meilleure commune en matière de socialisation et de l’usage de tamazight sera donc institué pour motiver les collectivités locales à donner une meilleure visibilité à la langue berbère dans la région.

L’autre décision, et non des moindres, est l’édification d’une statue à l’effigie du roi berbère Chachnak, auquel aucun hommage n’avait été rendu auparavant. Ce roi berbère possède une forte symbolique puisque le calendrier amazigh actuel compte les années à commencer par l’an 950 av. J.-C., année de l’accession du guerrier amazigh Chachnak au titre de Pharaon en Égypte, et où il fonda la 22e Dynastie pharaonique (où il fut connu sous le nom de Sheshonq Ier).

Des décisions salutaires qui honorent l’APW de Tizi-Ouzou et qui montrent la volonté de la nouvelle équipe de direction à honorer la mission pour laquelle elle a été élue : être à l’écoute de la population et répondre à ses doléances.

Rappelons aussi que c’est grâce au prix du village le plus propre, institué par Feu Rabah Aissat, que plusieurs villages kabyles se sont refaits une beauté pour devenir des destinations touristiques prisées par de nombreux algériens.

Ce concours de la meilleure commune pourrait ainsi constituer un véritable challenge pour les élus locaux. « Celui qui aime tamazight n’a qu’à apprendre son écriture », disait Youcef Aouchiche, reprenant Mouloud Mammeri, pour achever son discours où il présenta ses vœux de bonne année à tous les amazighs du monde.

Lire également: Issad Rebrab, Abdelaziz Bouteflika et la Kabylie: les dessous d’une histoire tumultueuse