Diaspora : les sans-papiers algériens n’ouvrent plus droit à une retraite algérienne

Photo des bâtiments de la Caisse nationale des retraites.
Pas d'affiliation à la CNR pour les Algériens en situation irrégulière

Les Algériens en situation irrégulière à l’étranger ne seraient pas concernés par le dispositif d’affiliation à la Caisse nationale des retraites (CNR) mis en place au profit de la diaspora algérienne.

Le projet de loi de finances 2019 adopté par le parlement, qui prévoit le droit à l’affiliation à la CNR des ressortissants algériens résidant et travaillant en dehors du territoire national, ne concernera que les membres de la diaspora en situation régulière, et ne fera pas profiter des milliers de sans-papiers algériens résidant dans plusieurs pays du monde.

Les députés ont adopté, en novembre 2018, un amendement qui accorde aux Algériens établis à l’étranger et ceux qui exercent une activité professionnelle, « aussi bien ceux soumis au système des salariés que ceux qui travaillent à leur propre compte », la possibilité de s’affilier au système national des retraites à travers le versement d’une cotisation en devise d’une valeur de 500 euros en contrepartie des droits de retraite en dinar algérien. Celle-ci sera calculée sur la base du nombre d’années de cotisation.

Cette disposition vise à renflouer en devise les caisses de la CNR en vue de parer à ses déficits records, et à stabiliser sa situation financière n’accorde pas le droit à la retraite pour une grande partie de la communauté algérienne à l’étranger.

Lire également : France : 360 000 retraités perçoivent leurs pensions en Algérie