Pica Ouazi
06/11/2019 13:09

Le nouveau directeur de la Radio Chaîne 3 sévit contre la liberté d'expression

Algérie - À peine installé dans ses nouvelles fonctions, le nouveau directeur de la Chaîne 3, Aziri Nazim, a prit des mesures liberticides contre les journalistes de la radio. En effet, il a suspendu la journalistes Fatima Charef des informations, hier 5 novembre, pour avoir évoqué la marche des étudiants dans le journal.

La journaliste Fatima Charef a fait l'objet d'une mesure de mutation de la part de la nouvelle direction de la chaîne vers une autre émission. Une autre journaliste a été victime de la nouvelle direction. Il s’agit de l’animatrice Nahla Bakralas de l’émission « Actuel Chaîne 3 », qui évoque les sujets d’actualité et qui donne la parole à toutes les sensibilités. L’émission a été suspendue et retirée de la grille de la radio. Cette décision a soulevé des remous au seins des travailleurs de la radio, qui avaient fait l’exception dans le paysage médiatique public en arrachant des espaces de liberté et en couvrant les événements d’une façon professionnelle.

Il faut signaler que Mohamed Nazim Aziri, nouveau directeur de la chaîne, était la vedette de Canal Algérie et également journaliste à la même radio. Il a ensuite été promu directeur de la chaîne pour sévir contre ses anciens collègues. Il dévoile sa feuille de route et sa mission de bâillonner le dernier espace d'expression des médias publics.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

Il faut aussi rappeler que les journalistes de la presse publique ont tenu plusieurs rassemblements depuis le début du Hirak. Ces journalistes ont dénoncé la censure et revendiqué le droit à une information libre et professionnelle. Mais la situation des médias n'a pas changé, au contraire. Elle s’est dégradée ces derniers temps d’une manière significative.

Lire aussi : Algérie : La presse publique reçoit toujours des directives politiques

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

  • Ya elkhawa, tout le monde doit lire et méditer sur ce beau texte, les membres des corporations en premier :
    Je n’ai rien dit...
    « Quand ils sont venus chercher les communistes,
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste
    Quand ils sont venus chercher les juifs,
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas juif
    Quand ils sont venus chercher les catholiques,
    Je n’ai rien dit, j'étais protestant...
    ... Puis ils sont venus me chercher,
    Et il ne restait plus personne pour dire quelque chose »
    Pasteur Martin Niemöller

    Annuler votre réaction

    Laisser un commentaire

  • Il suffit d'une patate pourrie pour faire pourrir un cajeau! Ce pouvoir arrive à corrompre et si vous n'êtes pas corruptible, c'est les menaces et les punissions et comme la solidarité et l'union manquent dans ces corporations alors, il suffit d'une personne pour mettre plusieurs personnes au pied ! Comme dit Edmund Burke," il suffit que les forces du bien ne bougent pas pour que le mal triomphe".

    Annuler votre réaction

    Laisser un commentaire

  • Je ne comprends pas, le peuple, hommes, femmes, jeunes, vieux, vieilles, s'est levé comme un seul homme par millions, et ces corporations n'arrivent pas à se révolter ? Tous les journalistes, tous les juges, tous les policiers, tous les gendarmes devraient prendre pour exemple, leurs frères, leurs sœurs, leurs mère, leur père, leurs grands parents et dire : NON à la soumission, nous sommes le peuple, c'est nous qui donnons l'information, c'est nous qui rendons la justice, c'est nous qui veillons au respect et à la sécurité de nos concitoyens . Nous devons les protéger, les informer, leur rendre justice quelque soit le prix à payer, c'est notre devoir !

    Annuler votre réaction

    Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus