Montages Vehicules Algérie
Montages Vehicules Algérie

Certains véhicules montés en Algérie ne seraient pas certifiés ISO. C’est une révélation surprenante faite par le vice-président de la commission des finances et du budget de l’Assemblée Populaire Nationale, Ferhat Chabekh.

Cette révélation a eu lieu lors d’une réunion qui s’est tenue samedi, le 09 novembre 2018, à la salle Rabah Bitat. Dans le cadre d’un briefing tenu par les députés du Rassemblement Nationale Démocratique (RND) sur la loi de finances 2019.  Ferhat Chabekh y soutient que « certaines usines de montage de véhicules, en Algérie, n’ont pas obtenu la certification ISO. Les véhicules produits (en Algérie) ne sont donc pas conformes aux normes internationales »

Une certification  International Organisation for Standardization (ISO), garantit la conformité d’un produit. Il est important que la société de montages réalise cette démarche, afin de s’assurer que le système soit toujours conforme au référentiel de la certification ISO.

Une certification ISO est  donc un engagement pour l’entreprise afin d’améliorer ses performances et être tous les jours plus efficaces concernant la qualité du produit. Une fois certifiée ISO, l’entreprise peut alors produire selon ces normes internationales.

Mais en l’absence de cette certification, les usines sont libres de produire, n’importe quoi et n’importe comment, sans le moindre contrôle. Cela serait le cas en Algérie, selon F.Chabekh. Les voitures montées en Algérie, ne seraient pas de la même qualité et du même modèle, que celle montés ailleurs dans le monde.

La Renault Symbole montée en Algérie, avait d’ailleurs, créé une grande polémique. Certains la surnomment même : le « certificat de décès ». En effet, selon des experts «sa hauteur et son poids non conformes aux normes internationales feraient d’elle une voiture très dangereuse». Un modèle qui s’est écoulé à des centaines de milliers d’exemplaires depuis sa mise en vente sur le marché national.