Photo : Abdelaziz Bouteflika
Photo : Abdelaziz Bouteflika

Le projet de loi adopté en Conseil des ministres et soumis à la Commission de finances et du budget pour examen, sera débattu à partir d’aujourd’hui à l’Assemblée Populaire Nationale (APN). Pour cette année, le texte de loi prévoie de maintenir la politique sociale de l’État. Pour ce faire, la loi de Finances ne prévoit ni institution de nouvelles taxes ni augmentation de celles existantes. Autrement dit, la fiscalité reste la même pour 2019.

Dans son volet législatif, le projet de loi de finances 2019 se limite à des mesures destinées notamment à améliorer la gestion des finances publiques ainsi qu’à renforcer la lutte contre la fraude. Aucune nouvelle taxe ou augmentation des prestations publiques n’est proposée dans ce projet de loi. Certains spécialistes de la politique économique nationale évoquent « le budget de la campagne présidentielle, et le maintien de la situation économique actuelle pour ne pas susciter des perturbations civiles »

D’importantes dépenses pour les transferts sociaux

Loi de Finances 2019 consacre un peu plus d’argent aux transferts sociaux. En effet, 1 763 milliards de DA contre 1 760 milliards de DA, ont été alloués aux transferts sociaux. Il y a donc 3 milliards de dinars de plus par rapport à 2018.

Les transferts sociaux représentent 21% du budget de l’État qui est de 8 560 milliards de DA. 445 milliards de dinars seront destinés aux aides aux familles en difficultés. Les crédits budgétisés pour les transferts sociaux sont destinés au soutien aux familles, aux retraites, une dotation d’appui de 500 mds DA sera versée à la Caisse Nationale des Retraites (CNR).

Ces transferts sociaux comportent également près de 336 mds DA pour la politique publique de santé et plus de 350 mds DA pour la politique publique de l’habitat auxquels s’ajouteront près de 300 mds DA mobilisés pour ce secteur par le Fonds National d’Investissement (FNI).

Encore des subventions pour l’année 2019

A travers ces transferts sociaux, il s’agit pour le gouvernement de continuer à soutenir la politique sociale de l`État notamment par le soutien aux familles, à travers la subvention des produits de base.

L’éducation, l’accès à l’eau et à l’énergie (installation des panneaux solaires) seront subventionnés par l’État durant l’année de 2019. d’autres secteurs sont également concernés, tels que le secteur de la santé, de l’habitat, et du travail: à savoir les retraites, la pension des démunis et des handicapés.

Lire également: Exclusif. Cinquième mandat de Bouteflika: révélations sur un coups de théâtre en préparation