Algérie: Un imam mobilise la population contre les touristes à Taghit (VIDÉO)

Algére: Touristes algériens bloqués à Taghit
Algére: Touristes algériens bloqués à Taghit

Des citoyens ont barré la route et ont chassé, hier dimanche 30 décembre, des touristes venus passer les vacances de fin d’année à Taghit située à 1 200 km au sud-ouest de la capitale Alger. Une fatwa d’un imam serait derrière cette mobilisation qui a rendu la plus belle des oasis algériennes inaccessible aux algériens des autres régions, a-t-on appris de sources locales.

En effet, plusieurs familles ayant choisi la région de Taghit pour passer le réveillon de fin d’année à Taghit, se sont vues contraintes de rebrousser chemin. Des dizaines de jeunes et moins jeunes ont barré la route à l’aide de blocs de pierres pour empêcher les touristes de gagner l’oasis et ses dunes dorées.

Ces individus seraient, selon nos sources, «manipulés par une fatwa d’un imam ayant décrété le tourisme Haram et contraire aux préceptes de l’Islam». Il aurait expliqué aux fidèles de sa mosquée que ce même tourisme «deviendrait  une source de déviation et risque d’engendrer des phénomènes contraires à la religion islamique».

En revanche, c’est le ministère des affaires religieuses qui est appelé à réagir et sévir contre ses fonctionnaires. Ils profitent de leurs tribunes pour «faire répandre un discours extrémiste abrutissant la société et pénalisant l’économie régionale» rajoutent les mêmes sources.

Ainsi, le peu de touristes algériens ayant préféré le grand sud algérien au détriment de la Tunisie, ont eu la malheureuse surprise de se heurter au fanatisme d’un imam manipulateur et extrémiste. Une histoire qui va renforcer l’attractivité de la destination tunisienne, qui attire déjà des millions d’algériens chaque année.

Pour rappel, plusieurs imams ont consacré les prêches de vendredi dernier pour s’attarder sur des pratiques «étrangères de la société algérienne et contraires aux préceptes de l’Islam importées de l’occident». Des fatwas selon laquelle fêter Noel serait «Haram».

Lire également: