Photo : avion d'Air Algerie
Photo : avion d'Air Algerie

Air Algérie se retrouve une nouvelle fois dans une zone de fortes turbulences. Pour cause, des accusations de favoritisme dans une opération de recrutement lancée en pleine grève des techniciens de maintenance de la compagnie aérienne nationale.

En effet, la direction d’Air Algérie a publié une offre d’emploi sur la presse nationale. La compagnie aérienne cherche des techniciens de maintenance et des ingénieurs en aéronautique, alors que ses propres techniciens ont déclenché une grève. Le Syndicat national des techniciens de maintenance avions (SNTMA) accuse la direction «d’intimidations, de menaces et de profiter de son mouvement social pour recruter les enfants des responsables».

De son côté, Air Algérie se défend et justifie cette opération de recrutement par les perspectives de développement de la société. Selon un responsable qui a requis l’anonymat, Air Algérie compte acquérir de nouveaux avions et a besoin de recruter de nouveaux techniciens et ingénieurs en aéronautique.

Cette explication peine à convaincre les techniciens grévistes d’Air Algérie. Ils se disent cibles d’intimidations depuis le début de ce conflit social. Selon eux, la direction de la compagnie battant pavillon national «n’a en aucun moment cherché à ouvrir un dialogue avec la corporation, elle a préféré publier une annonce de recrutement pour la menacer de substituer les grévistes sanctionnés». Les techniciens en grève depuis plus de huit jours craignent perdre leurs emplois.

Pour rappel, un scandale de favoritisme et de recrutement d’enfants et proches des hauts cadres de l’Etat algérien, a ébranlé Air Algérie en 2015. D’autres scandales de sureffectif et gestion hasardeuse de la compagnie nationale publique ont également terni son image sur la scène internationale.

+ D’Infos