Exclusif. L’Algérie se dotera d’une Agence Nationale de l’Aviation Civile

Aéroport International d'Alger
Le ministère des travaux publics et du transport prévoit la création de l'Agence Nationale de l'Aviation Civile

Après s’être doté d’un nouvel aéroport international à la capitale Alger, le ministère des travaux publics et du transport instaure une nouvelle politique en matière d’aviation civile, visant à assurer le développement du domaine des transport aériens. En effet, le ministre Abdelghani Zaalane a soumis un projet de loi concernant la réglementation de « l’aviation civile » à l’Assemblée populaire nationale.

Le projet d’extension de l’Aéroport international Houari Boumediene d’Alger a fait que ce dernier réponde désormais aux normes internationales. Cela dit, les règles générales relatives à l’aviation civile ne seraient plus compatibles avec le nouveau projet, d’où l’initiative du ministre visant à mettre en place un nouvel environnement législatif.

La nouvelle réglementation, dont ObservAlgerie détient une copie, a pour but de régulariser les activités du transport aérien en faveur du développement du secteur public et privé. Pour ce faire, le ministère des travaux publics et du transport prévoit la création d’une Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC).

Actuellement, tous les problèmes que rencontre le secteur de l’aviation civile sont pris en charge par le ministère des travaux publics et du transport. Le projet de loi propose de réorganiser cela par le biais de la création de cette nouvelle agence nationale de l’aviation, indépendante et autonome.

L’ANAC sera donc un établissement public à caractère spécifique qui devrait être capable de gérer l’autonomie de son financement, la gestion de son administration et la juridiction de ses affaires.

Principale enjeu : la sûreté et la sécurité

L’Algérie, ayant signé la Convention de Chicago de 1944 relative à l’aviation civile internationale, doit assurer la sécurité de son pays, de ses voyageurs et ceux des autres pays. Dans ce contexte, l’enjeu de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile sera la sécurité aérienne et la sécurité des pays, qui implique un certain contrôle d’organisations internationales sur les activités aériennes des États. L’ANAC devra alors faire face, entre autres, au terrorisme, au trafic de drogue, à la traite des êtres humains et aux transferts illicites de devises.