Shérazade
08/10/2019 18:42

Les élections présidentielles de décembre 2019 seront-elles annulées ?

Les élections présidentielles de décembre 2019 seront-elles annulées ? Voici la question que plusieurs observateurs politiques se posent. Ce scénario n’est pas à écarter. En effet, l'absence de candidat crédible, l'inexistence d'une campagne présidentielle, la protestation populaire qui perdure et qui rejette la tenue d’un scrutin sont autant d'éléments qui peuvent faire basculer les choses et mener à l’annulation du scrutin.

La pression du Hirak en Algérie

Les manifestations agitant le pays depuis février n’ont pas faibli. La protestation continue de faire pression sur les décisions gouvernementales, notamment sur la tenue d'élections présidentielles en décembre 2019. La rue réclame haut et fort le report de la présidentielle ainsi qu’un changement démocratique plus radical. Une énorme pression populaire pèse sur le gouvernement Bedoui. Et c'est cette même pression qui a conduit à la démission de Abdelaziz Bouteflika.

Pas de campagne présidentielle en Algérie

À deux mois des élections présidentielles, le signal de départ pour la campagne n’a toujours pas été donné. Les candidats se font discrets, et pour cause, ils craignent de susciter la colère et le rejet du peuple. Dans toutes les wilayas du pays, les affiches, les meetings, les débats, et les préparatifs sont inexistants. Les chaînes télévisées tentent quant à elles de booster la campagne, en invitant les candidats. Mais ces vidéos finissent par être moquées et critiquées sur les réseaux sociaux. Le pouvoir risque donc de se retrouver dans la situation qui a prévalu avant le 4 juillet dernier. À ce moment, il a dû renoncer à son élection faute de candidats.

Absence de candidat crédible pour l'élection de 2019

D’un autre côté, l’absence d’un candidat crédible et réconciliant ne fait qu’aggraver la crise. Plus d’une centaine de candidats ont retiré les formulaires de souscriptions auprès de l'Autorité nationale indépendante de gestion des élections. Deux noms peuvent éventuellement être retenus au milieu de nombreuses candidatures : celui d’Abdelmadjid Tebboune (ancien Premier ministre) et celui de Ali Benflis (président de Talaie El Hourriyet). Seul hic : ces deux personnes ont occupé de hauts postes à responsabilités sous les mandats successifs de Abdelaziz Bouteflika. Abdelmadjid Tebboune était même allé jusqu'à faire campagne pour le président déchu. Le peuple ne fait plus confiance à ces deux personnalités politiques.

Pour rappel, les élections présidentielles étaient prévues pour le 18 avril 2019. Elles avaient alors été annulées suite à la démission de Abdelaziz Bouteflika. Après l’arrivée au pouvoir d’Abdelkader Bensalah en tant que président par intérim, le scrutin a été reprogrammé pour le 4 juillet 2019. En juillet, le Conseil constitutionnel a invalidé les deux seules candidatures à l’élection présidentielle algérienne. Le scrutin s’est alors vu annuler une seconde fois. Après la rentrée sociale, le gouvernement a arrêté une nouvelle date, celle du 12 décembre 2019. Si l’organisation de ce vote ne voit pas le jour, l’Algérie aurait annulé trois fois son rendez-vous électoral.

Lire aussi : Élection présidentielle : Les candidats pourront-ils faire campagne ?

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus