Karim Tabbou arrêté pour avoir refusé de faire partie du Panel de dialogue

30/10/2019 12:54

La femme de Karim Tabbou s’est exprimée sur les circonstances de l’arrestation de son mari. Dans une interview donnée à nos confrères d’El Watan, Zahra Tabbou affirme que son mari a été arrêté en raison de son refus de faire partie du Panel de dialogue national, malgré la pression que les membres de ces derniers ont exercée sur lui.

L’épouse de Karim Tabbou, sortie de l’ombre depuis l’arrestation du coordinateur de l’UDS, a tenu a rappeler les circonstances de cette arrestation et des épisodes qui l’ont suivis « On ne sait d’où un groupe de huit hommes en civil ont surgi et se sont approchés de lui, lui demandant de les suivre dans leur véhicule ».

Elle revient aussi à la deuxième arrestation de Karim Tabbou après une liberté provisoire qui n’a duré que 14 heures. « Quand des policiers en civil ont débarqué à 8 h 30, Karim était encore endormi. La scène fut rapide et surprenante. Mon mari s’est entretenu avec eux durant deux minutes. Il s'habille et part avec eux. Il a eu juste le temps de me dire que se sont des agents de l’unité "Antar" ».

L'épouse de Karim Tabbou affirme alors que son mari a été malmené. « Nous sommes restés trois jours sans nouvelles de lui. J’ai appris plus tard, par ses avocats, qu’il avait subi un mauvais traitement. Il a été sérieusement bousculé. Il n’a pas été autorisé à prendre contact avec sa famille et son avocat, puis il n’a pas eu droit à une consultation comme c’est d’usage ».

Karim Tabbou arrêté pour avoir refusé de faire partie du Panel de dialogue

Zahra Tabbou considère l’arrestation de son mari comme une punition vu son refus de donner une caution à la démarche des décideurs. « Karim est en prison pour avoir refusé de mordre à l’hameçon », affirme-t-elle. Elle explique que « depuis la mise en place du sinistre "Panel de dialogue", certains de ses membres le harcelaient pour l’inclure dans leur démarche ».

Elle révèle aussi que « plusieurs délégations étaient venues à la maison pour le convaincre et tenter de l’enrôler ». Zahra Tabbou souligne que l’attitude de son mari était inflexible devant toutes les sollicitations. « Karim n’est pas homme à se laisser amadouer. À chaque fois, il me disait que le serment fait au peuple algérien et l’engagement aux côtés de ses concitoyens ne sont d’aucune commune mesure avec leurs promesses et tentatives de corruption ».

Zahra Tabbou conclut que l’arrestation de son mari est « politique et que les accusations fomentées contre lui ne sont que des prétextes ».

Lire aussi : Karim Tabbou : Mandat de dépôt et nouveaux chefs d’accusation

Laisser un commentaire

Voir les commentaires