Les femmes algériennes marcheront le 8 mars contre le cinquième mandat de Bouteflika

Photo d'une femme algérienne tenant une pancarte « Système dégage ! Seule la lutte paye »
Photo archive : Femme algérienne tenant une pancarte « Système dégage ! » © Jahus, 500px

Le Collectif femmes libres et indépendantes de Béjaïa appelle à une marche le 8 mars. L’annonce a été faite par le biais d’un communiqué posté sur la page Facebook du collectif. Les animatrices se joignent ainsi au mouvement de protestation qui touche toutes les franges de la société et qui rejette l’idée d’un cinquième mandat du Président Abdelaziz Bouteflika.

Le collectif fait un constat amer de la situation sociopolitique et économique : « restriction des libertés, répressions des manifestants, arrestations arbitraires, chute considérable du pouvoir d’achat ; le peuple algérien se heurte à des conditions de vie déplorables ».

Elles appellent les femmes à se joindre à ce mouvement : « l’heure est venue pour nous, femmes opprimées, de nous organiser et de rejoindre les rangs de la mobilisation populaire pour répandre notre cri de colère face à l’infamie que nous vivons et qui ne cesse de croître ». Le collectif rappelle les combats de leurs aînées : « restons sur les traces des braves femmes qui ont marqué le mouvement féministe, pour faire de la journée du 8 mars une journée de lutte, non pas une journée folklorique comme à l’accoutumée. Réinvestissons le terrain et revendiquons nos droits ! »

Le collectif signale que le problème ne se résume pas à Bouteflika. Il déplore l’absence de perspectives et de projets politiques susceptibles de satisfaire les revendications des travailleurs, des masses populaires et des femmes. Les femmes libres et indépendantes de Béjaïa condamnent : « la question des femmes a toujours été reléguée au second plan à chaque circonstance politique importante dans le pays ».

Le collectif veut inclure les revendications des femmes dans la démarche du changement à savoir l’abrogation du code de la famille. Ainsi que l’égalité hommes-femmes dans tous leurs droits.

Lire aussi : Les étudiants marcheront le 26 février contre le cinquième mandat