Catégories: AlgérieEconomieLa une

Le FMI et la Banque mondiale veulent « secourir » l'Algérie

20/10/2019 15:07

Le front monétaire international (FMI) et le groupe de la Banque mondiale sont prêts à « secourir l'Algérie ». En effet, lors de leurs assemblées annuelles, qui se tiennent du 17 au 20 octobre à Washington, le FMI et la Banque mondiale ont réitéré leur disponibilité à appuyer et accompagner les efforts de développement économique de l'Algérie.

Le ministre des Finances Mohamed Loukal prend lui aussi part à ces assemblées annuelles. Il avait alors eu des entretiens avec Kristalina Georgiva, directrice générale du FMI, et Davis Malpass, président du Groupe de la Banque mondiale. Ces responsables ont affiché « la disponibilité de leurs institutions à accompagner l’Algérie dans ses efforts de développement », selon un communiqué du ministère des Finances.

Lors de la rencontre de Mohamed Loukal avec le responsable de la Banque mondiale, ce dernier s’est dit « satisfait de la qualité du partenariat avec l'Algérie ». Il marque alors « la disponibilité du groupe de la Banque Mondiale, à travers toutes ses institutions, à apporter son appui pour un accompagnement de l’Algérie dans ses efforts de développement économique ».

Le ministre algérien a présenté la situation économique de l'Algérie, durant cette année et surtout après le mouvement de contestation populaire qui a commencé le 22 février. Le ministre a, de ce fait, réitéré « la volonté et l'engagement des pouvoirs publics à poursuivre les réformes économiques structurelles ».

Le FMI cherche à accompagner les efforts économiques de l'Algérie

Par ailleurs, le ministre des Finances a également rencontré le responsable du FMI. Les échanges entre ces deux personnes, ont porté sur l’état et les perspectives de coopération entre l'Algérie et le FMI, dans les domaines fiscaux et budgétaires. Enfin, le responsable du FMI a souligné « la volonté de leur institution à accompagner les efforts de l’Algérie dans son plan de modernisation dans les domaines relevant de la compétence du FMI, notamment au niveau de la digitalisation du système fiscal, du recouvrement de l’impôt et de la gestion des risques budgétaires » a rapporté l'APS.

Laisser un commentaire