Algérie : Cevital appelle à l’annulation de la marche du 5 mars à Tizi-Ouzou

Photo de Issad Rebrab, PDG du groupe Cevital
Issad Rebrab, PDG du groupe Cevital

Dans un communiqué rendu public ce lundi 4 mars, le conglomérat Cevital d’Issad Rebrab appelle à l’annulation de la marche prévue demain mardi 5 mars à Tizi-Ouzou, en Kabylie, pour soutenir le groupe et dénoncer les blocages que connaissent plusieurs de ses projets.

« L’heure n’étant pas aux revendications sectorielles, Cevital demande avec insistance à la coordination nationale des comités de soutien aux travailleurs de Cevital et investissements économiques, à sa tête Mourad Bouzidi, d’annuler la marche du 5 mars à Tizi-Ouzou, décidée en janvier dernier pour soutenir le groupe et dénoncer les blocages injustes dont il fait l’objet », indique le groupe industriel dans son communiqué.

Le groupe du milliardaire Issad Rebrab explique son appel par la mobilisation des Algériens pour réclamer le départ du système. « Le peuple algérien est entièrement mobilisé pour réclamer un changement de régime. Cette revendication légitime s’impose comme le seul et unique mot d’ordre des manifestations pacifiques à travers tout le pays », estime encore Cevital dans son communiqué.

En outre, Cevital appelle à la mobilisation aux côtés des manifestants contre le système et le cinquième mandat du Président Bouteflika, se considérant comme une « entreprise citoyenne, partie prenante de la dynamique historique en cours en Algérie ».

« Comme tous les Algériens, toute notre énergie doit être consacrée aujourd’hui à l’avènement d’une nouvelle Algérie, libre et démocratique », conclut le groupe d’Issad Rebrab.

La marche prévue ce mardi 5 mars à Tizi-Ouzou en Kabylie est à l’initiative du Comité de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques, qui a déjà organisé des manifestations dans la wilaya de Béjaïa.

Cette marche visait à dénoncer les blocages de divers projets du groupe industriel de l’homme d’affaires Issad Rebrab, et la politique de deux poids deux mesures dont est victime la région de Kabylie.

Lire aussi : Issad Rebrab participe aux manifestations du 1er mars à Alger (vidéos)