Ahmed Oul
13/08/2019 13:17

Khaled Nezzar assume ses messages hostiles à l'armée

L’ex-ministre de la Défense Khaled Nezzar a réagi, lundi 12 août, à la polémique autour des tweets virulents émanant d'un compte portant son nom. Le général à la retraite a confirmé que ces messages sont bel et bien les siens et qu'il n’hésiterait pas à intervenir « à chaque fois que de besoin ».

L'ancien chef d'état-major Khaled Nezzar a mis fin à la polémique sur l'origine de la dizaine de messages hostiles au chef de l'armée Ahmed Gaid Salah, diffusés depuis quelques semaines sur Twitter par le biais d'un compte nommé @KhaledNezzar8.

Khaled Nezzar a répondu aux commentaires qui ont mis en doute l’authenticité des tweets en question, revendiquant leur paternité dans une déclaration accordée au site d’information Algérie patriotique, appartenant à son fils Lotfi Nezzar. Pour rappel, le général retraité Khaled Nezzar a adressé, la semaine dernière, un message vidéo à l’armée sur YouTube.

Khaled Nezzar sous le coup d'un mandat d'arrêt international

Objet d’un mandat d’arrêt international émis par le Tribunal militaire de Blida, le général Khaled Nezzar se réfugie actuellement en Espagne pour échapper à la justice algérienne, mais aussi à des poursuites de la justice suisse pour crimes de guerre. Cependant, son extradition vers l'Algérie pourrait être refusée par les autorités judiciaires espagnoles « pour manque de garanties sur le respect des droits de l’Homme ».

Selon l’ONG TRIAL International, auteure de la plainte contre Khaled Nezzar, « la procédure pénale se poursuit en Suisse. Les auditions reprendront en septembre 2019. Nezzar est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis en Algérie ».

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus