L'État utilise la force contre les juges à Oran (Vidéos)

03/11/2019 13:30

Alerte info. Les forces anti-émeutes ont envahi, ce 3 novembre 2019, la salle d’audience du Tribunal d’Oran (300 km à l'ouest de la capitale Alger) pour déloger les juges qui s’y trouvent.

C’est une scène inédite que montre la vidéo. L'envahissement de la salle d’audience a provoqué une grande panique parmi les citoyens qui s’y trouvent. L'on pourra voir une grande pagaille et entendre des cris de femmes violentée. La vidéo, publiée sur les réseaux sociaux il y a quelques minutes, suscite l'indignation des internautes.

D’après les informations qui nous sont parvenues, c’est le parquet d'Oran qui a fait appel à la force publique pour l’ouverture des bureaux des magistrats. Ces derniers étaient fermés dans le cadre de la grève du Syndicat national des magistrats pour empêcher l’installation des magistrats nommés lors du dernier mouvement ayant touché ce corps.

Il est à noter que les juges algériens sont en grève illimitée depuis plus d’une semaine. Une grève suivie par une majorité écrasante des magistrats. Le Syndicat réclame notamment une indépendance effective dans leur travail et l’annulation du derniers mouvement dans le corps des magistrats.

Le ministre de la Justice Belkacem Zeghmati a menacé de sanctions sévères les représentants du syndicat et les juges grévistes. De son côté, le secrétaire national du Syndicat des magistrats, Issaad Mabrouk, campe sur ses positions et menace, dans un communiqué rendu public samedi, de conséquences graves en cas de la non satisfaction de leurs revendications.

Laisser un commentaire

Voir les commentaires

  • J'adore ce genre d'informations et de vidéo. Ils se font tabasser par leurs maitres hihihihi

    Annuler votre réaction

    Laisser un commentaire

  • Chah fikoum ya erkhass...vous auriez marché avec le peuple des le début ce système serait tombé.
    Vous avez mis en prison vos frères, vos sœurs, vos cousins, vos amis ,...pour plaire à l'adjudant....Bien fait pour vous...Chahhhhh.
    Inchallah, lorsque le système tombera, vous serez cette fois ci, jugés par le peuple comme les harkis l'ont été en 1962.

    Annuler votre réaction

    Laisser un commentaire