Cinquième mandat de Bouteflika: Gaid Salah met en garde le général Toufik ?

Bouteflika et Salah Gaid
Bouteflika et Salah Gaid

Le vice-ministre de la Défense nationale et chef d’État-major de l’Armée nationale populaire (ANP), Gaid Salah a clairement mis en garde, hier mardi 8 janvier, « certaines parties ayant des intentions sournoises » et qui auraient pris l’habitude de tenter de « semer l’anarchie auprès de l’institution militaire » à l’approche de chaque élection présidentielle.

Lors d’une réunion dans la seconde région militaire, à Oran, le Général de corps d’armée a déclaré, dans une allocution, que « certaines parties et individus, mus par des ambitions démesurées et animés par des intentions sournoises, ont pris l’habitude, à l’approche de l’échéance électorale présidentielle, de tenter de préjuger, sans véracité, des prises de positions de l’institution militaire vis-à-vis des élections présidentielles, et s’arrogent même le droit de parler en son nom [dans] les médias ».

Ambitions démesurées et narcissisme maladif

Pour Gaid Salah, ces individus font valoir leurs intérêts personnels avant ceux de la nation. « Perdant le sens de la mesure, [ils] s’accordent une vocation et une dimension qui ne sont pas les leurs, et se lancent – sans aucun scrupule – dans des affabulations débridées, découlant d’un narcissisme maladif qui les pousse jusqu’à prétendre assez bien connaitre le Haut Commandement de l’ANP pour prévoir sa position vis-à-vis des élections présidentielles […] Grave dérive qui dénote un seuil inquiétant d’inconscience », a-t-il ajouté lors de cette réunion.

Le chef d’État-major de l’armée nationale populaire avait déclaré que « ces individus se sont permis de s’autoproclamer porte-parole de l’institution militaire et sont asservis à des parties qui n’accordent aucune considération aux intérêts suprêmes de l’ANP ». Il a conclu que « l’ANP ne prêtera pas attention, à travers le parachèvement de son processus effectif, à ceux qui ont égaré la capacité d’établir une distinction entre ce qui est personnel et ce qui est national ».

Le général Toufik premier concerné ?

L’ancien patron du mythique Départements des Renseignements et de la Sécurité (DRS), le général Toufik, est-il la première cible du discours de Gaid Salah ? Faiseur de présidents pendant plusieurs décennie, Mohammed Mediène de son vrai nom, ne quitte pas les esprits à chaque approche de scrutin en Algérie.

Des observateurs parlent d’un recadrage qui serait une mise en garde au très influent Général Toufik, par son ancien supérieur qui a aidé à son déboulonnage en soutenant le quatrième mandant contre la volonté des services.