Montage: Abdelaziz Bouteflika, Said Bouhadja, Djamel Ould Abbes
Montage: Abdelaziz Bouteflika, Said Bouhadja, Djamel Ould Abbes

À travers un communiqué rendu public hier, samedi 17 novembre, le FLN a indiqué que Djamel Ould Abbès est toujours à la tête du parti, précisant qu’il a seulement pris du repos suite à un malaise cardiaque. Le même communiqué souligne que le secrétaire général du FLN n’a fait aucune déclaration officielle à la presse concernant sa prétendue démission.

Accusant les médias de lui avoir fait dire ce qu’il n’a pas dit, Djamel Ould Abbès déclare, lui aussi, à une chaîne télévisée privée, EL-Bilad en l’occurrence, qu’il a quitté son poste temporairement, invoquant des problèmes de santé. Il ne s’agirait, donc, nullement d’une démission mais plutôt d’un congé.

Il ne fallait pas parler au nom du Président …

Selon des sources se disant bien informées, le patron du FLN était sur la sellette depuis son annonce de la candidature du Président Bouteflika pour un 5e mandat sans qu’il n’ait été délégué pour parler au nom du président de la République. En effet, les sorties médiatiques aussi nombreuses que bruyantes de Djamel Ould Abbès ont poussé les plus hauts responsables de l’État à écarter du devant de la scène politique celui qui se proclamait porte-parole de la Présidence.

Le scénario Bouhadja se répète à la tête du FLN :

Après le «putsch scientifique» à l’Assemblée populaire nationale qui a fait couler beaucoup d’encre et l’évincement du troisième homme de l’État, Saïd Bouhadja, de manière jugée anticonstitutionnelle par les spécialistes, cest au tour de l’un des artisans de ce putsch, Djamel Ould Abbès, d’être victime du même scénario. Les deux événements au sein du FLN sont probablement liés, et constitueraient même un repositionnement de pions sur l’échiquier avant les présidentielles.

Les députés FLN dans la confusion totale :

Par ailleurs, Observ’Algérie a contacté des députés FLN pour connaître les dessous de cette affaire. A notre grande surprise, personne ne semblait être davantage informé.
Certains disent ne pas être au courant de ce qui se passe à la tête du FLN, tandis que d’autres se contentent de réitérer les précisions du SG.

«Pourquoi vous parlez de limogeage ? L’annonce du SG est claire, il a eu un malaise, son médecin lui a conseillé de se reposer, il dépose une démission. Il ne faut pas tout mélanger », répond sèchement mercredi soir Abdel-Hamid Si Afif, un haut placé du FLN.

Ould-Abbès toujours SG du FLN