Mouvement populaire en Algérie : Sonatrach menace ses travailleurs

Travailleurs de l’entreprise Grands travaux pétroliers (GTP), filiale du groupe Sonatrach
Travailleurs de GTP (Sonatrach), manifestant contre le système politique en Algérie

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach a mis en garde ses travailleurs qui envisagent de participer aux manifestations ou aux grèves organisées quasi quotidiennement contre le système politique en place.

Dans une note adressée le 10 mars dernier, dont ObservAlgérie détient une copie, les dirigeants de la compagnie pétrolière rappellent à ses travailleurs « que tout rassemblement de quelque nature que ce soit ou arrêt « collectif et concerté’ » de travail, même de courte durée, en infraction des dispositions conventionnelles, réglementaires et légales constitue une faute professionnelle ».

« Sonatrach, en sa qualité de locomotive de l’économie nationale et dans le cadre de sa « responsabilité sociétale », compte sur l’engagement « responsable » de ses travailleurs pour consolider ce statut, veiller à l’image du secteur et respecter strictement les dispositions réglementaires et légales en la matière », lit-on également.

« Du fait de notre appartenance à Sonatrach, il est de notre devoir à tous, en notre qualité de vecteurs « porteurs de ses valeurs », de défendre jalousement son image et impacter positivement son devenir », conclut ledit communiqué.

Dimanche dernier, les travailleurs de l’entreprise Grands travaux pétroliers (GTP), filiale du groupe Sonatrach, ont répondu à l’appel à la grève générale. En effet, les travailleurs de l’entreprise à Hassi Messaoud dans le sud du pays ont débrayé et suivi l’appel à la grève lancé sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Sonatrach dans un consortium pour dominer le pétrole grec