Racisme «anti-noirs»: La macabre réputation de l’Algérie (VIDÉO)

Archive: Migrants subsahariens en Algérie
Archive: Migrants subsahariens en Algérie

Les articles et les vidéos accusant à la fois, l’Etat Algérien et la population algérienne, de racisme anti-noirs, notamment contre les migrants subsahariens, pilulent sur la toile.

Les derniers en date qui vienne rajouter une couche à cette macabre réputation, une vidéo montre un jeune migrant témoignant de sa «souffrance» en Algérie et un article du média britannique, le Daily Mail en l’occurrence, prétendant que l’Etat Algérien a abandonné 13 000 ressortissants Subsahariens dans le désert sans eau ni nourriture.

En effet, le témoignage vidéo mis en ligne sur les réseaux sociaux, d’un jeune migrant africain, racontant son périple de Tamenrasset (extrême-sud) jusqu’à Oran (nord de l’Algérie), a même fait réagir l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud. Le jeune migrant se dit agressé, insulté, chassé de partout et même d’une mosquée, lors de son séjour «illégal» en Algérie.

 

«Notre triste image sur le visage des autres. Le déni étant la religion la plus répandue dans le monde dit « arabe ». On préfère parler de l’Occident qui « n’accueille » pas, du post-colonial les mains sous la nuque et de la Religion la plus « universelle », celle qui nous sert à nous cacher les uns derrière les autres et tous derrière un imam pour nous proclamer victimes des colonisations et confidents exclusifs d’un Dieu.» a écrit Kamel Daoud en commentant la vidéo ci-dessus.

L’Algérie accusée d’avoir abandonné 13 000 migrants dans le Sahara

Dans un rapport publié par le média britannique, le Daily Mail en l’occurrence, l’Algérie est accusée d’avoir abandonné 13 000 migrants subsahariens déportés du nord du pays, seuls dans le désert, sans eau et sans alimentation. Une vidéo dont l’authenticité n’a pas été vérifiée, a été intégrée comme une illustration de l’article.

«L’Algérie a nié avoir maltraité des migrants en réponse à des accusations selon lesquelles elle aurait abandonné plus de 13 000 personnes dans le désert du Sahara au cours des 14 derniers mois, y compris des femmes enceintes et des enfants. Le pays a été accusé d’expulser les migrants sans nourriture ni eau et de les forcer à marcher, parfois sous la menace d’une arme et sous un soleil brûlant avant de les laisser mourir.» rajoute le Daily Mail.

Le démenti

Dans une déclaration à la presse, la présidente du Croissant-Rouge algérien (C-RA), Saïda Benhabylès a réfuté ces accusations en rappelant que les opérations de rapatriement sont souvent accompagnées par les autorités des pays d’origine.