Maroc. Épidémie de grippe porcine : plusieurs morts enregistrées

Infirmières dans un hôpital au Maroc
Infirmières dans un hôpital au Maroc

Le Maroc a enregistré au cours de cette semaine neuf morts à cause de la grippe porcine (H1N1), selon des chiffres communiqués par le ministre marocain de la Santé Anas Doukkali. Ce dernier se veut toutefois rassurant, car l’épidémie reste « normale en comparaison avec les années précédentes ».

Le nombre de décès à cause de la grippe A (H1N1) est passé de cinq à neuf personnes durant cette dernière semaine. Cette situation a semé une véritable panique chez la population marocaine qui redoute une pandémie.

Le ministre de la Santé rassure

Néanmoins, le ministre de la Santé, qui s’est exprimé ce samedi 2 février à la presse locale à propos de cette épidémie de grippe A (H1N1) au Maroc, a tenu à rassurer les Marocains : « Les données que nous avons au niveau épidémiologique montrent que la situation n’est pas différente des années précédentes. Nous avons analysé le nombre d’admissions dans les différents hôpitaux du Royaume de personnes souffrant de problèmes de respiration aiguë. Nous avons constaté que le nombre n’est pas important », a-t-il déclaré.

Anas Doukkali assure que son ministère avait aussi « établi une cellule de suivi pour surveiller la grippe saisonnière annuelle ». Le ministre attire aussi l’attention de la population sur l’importance de la prévention, notamment chez « les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants de moins de 5 ans, et les personnes ayant des maladies chroniques ». Il est aussi demandé aux « personnes sentant des problèmes respiratoires de se diriger vers les centres de soins ou les urgences ».

Le premier décès a été signalé mercredi 30 janvier par les médias marocains. Au jeudi 31 janvier, le bilan officiel s’était élevé à cinq morts, principalement des « personnes vulnérables », selon le ministère de la Santé. Les chiffres s’élèvent à 9 morts en ce jour du 3 février.

Notons que la grippe porcine est le nom commun utilisé pour un sous-type du virus de la grippe A (H1N1). Cette maladie respiratoire, qui se contracte au contact des porcs et se transmet d’homme à homme par inhalation, avait déjà touché l’Algérie et la Tunisie par le passé.