Aylan Afir
11/06/2019 13:02

Mise à jour : Officiers supérieurs de l'ex-DRS condamnés à mort

ObservAlgérie a rapporté hier 11 juin 2019 une information relayée par plusieurs médias de la presse algérienne, faisant objet d'une condamnation à mort de trois ex-officiers des Renseignements. Cependant, certains de ces médias ont apporté un démenti.


Algérie - Trois officiers supérieurs, dont un général relevant des Renseignements extérieurs, auraient été condamnés à mort par un tribunal militaire, rapporte le quotidien arabophone Ennahar, qui ne précisera pas s'il s'agissait du tribunal militaire de Blida ou d'un autre.

Selon la même source, il s'agit du général M. B. adjoint du chef des renseignements extérieurs, de l'époque de la direction (DRS) du général Mohamed Mediene, dit Toufik. Il est condamné à la peine capitale pour complot contre l’État, divulgation de secrets d'État à des pays étrangers.

Aussi, le même tribunal a condamné à mort un colonel, qui était conseiller du chef des Renseignements à l'étranger. Répondant aux initiales M. D.. Cet officier supérieur a été condamné pour espionnage et haute trahison.

Le troisième officier supérieur condamné à mort dans la même affaire est le capitaine H. A., qui dirigeait un département en charge de l'information et de l'écoute. Cet officier de l'ex-DRS a écopé de la peine de mort pour les mêmes chefs d'accusation que le colonel M. D., à savoir espionnage et haute trahison.

Abonnez vous à notre Newsletter

Restez informé(e)

C'est la première fois que des officiers supérieurs de l'ANP sont condamnés à la peine capitale, ou du moins, c'est la première fois qu'une telle information est rendue publique. Auparavant, des officiers supérieurs, y compris des généraux, ont été condamnés par la justice militaire à des peines de prison, comme le général Abdelkader Aït Ouarabi, dit Hassan, condamné à cinq années pour destruction de documents et infractions aux consignes militaires.

Il faut préciser cependant que les peines de mort ne sont pas exécutées en Algérie depuis 1993. C'est l'année où l'État algérien a signé un moratoire suspendant l'exécution des condamnations à mort. Mais les tribunaux algériens, civils et militaires, continuent de prononcer les peines de mort, vu qu'elles ne sont pas encore abolies dans la législation algérienne.


Mise à jour sur l'affaire des officiers de l'ex-DRS

16:00 - Des médias algériens ont publié ce mercredi des démentis concernant l'information sur la condamnation à mort de trois officiers supérieurs des Renseignements extérieurs. « C'est une information sans fondements », affirment plusieurs sites d'information, citant des sources sûres non identifiées.

Dans le même sillage, les mêmes sources estiment que cette information vise à déstabiliser l'Armée nationale populaire. D'autant plus qu'elles indiquent avec insistance que l'un des trois officiers supérieurs de l'ex-DRS est toujours en fonction, alors qu'il a été cité comme un ex-officier.

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus