Catégories: AlgériePolitique

Algérie : Mokrane Ait Larbi propose les marches du vendredi comme référendum populaire

03/06/2019 12:04

Algérie - L'avocat et défenseur des droits de l'Homme Mokrane Ait Larbi a fait une proposition de sortie de crise en s'appuyant sur les marches du vendredi comme référendum populaire. Dans un texte rendu public sur sa page Facebook, Maître Ait Larbi propose également une période de transition en deux phases.

Mokrane Ait Larbi propose d'entamer la période de transition par la désignation d'une instance présidentielle de trois à cinq personnalités indépendantes, consensuelles, réputées intègres et crédibles. Cette instance devra être approuvée par le peuple souverain. Il suggère que « les manifestants du vendredi brandissent un carton vert s'ils sont d'accord, ou un carton rouge s'ils rejettent la composante ».

Présidence collégiale en Algérie

« En cas de rejet populaire, la liste modifiée partiellement ou dans sa totalité pourrait être proposée une nouvelle fois […] et une fois la présidence collégiale de transition légitimée, elle prend ses fonctions pour une durée maximum d’une année, après la démission, sans délai, du chef de l’État par intérim et du gouvernement, et la dissolution du Conseil constitutionnel et du parlement avec ses deux chambres », suggère Mokrane Ait Larbi.

L'avocat et homme politique propose trois missions principales pour la présidence collégiale : « Prendre les mesures urgentes pour le redressement de l’économie nationale, et lancer les procédures judiciaires appropriées pour le rapatriement des fonds publics détournés, et des capitaux transférés illégalement à l’étranger, réviser la législation électorale pour garantir un scrutin transparent et régulier ».

Élection d'une Assemblée constituante en Algérie

La création de cette présidence collégiale est voulue par cet avocat comme la première phase de la transition démocratique. Cette dernière compte une deuxième phase qui sera dédiée, selon sa proposition, à l'élection d'une Assemblée constituante souveraine.

Pour Mokrane Ait Larbi, l'Assemblée constituante souveraine devra « désigner un chef de l’État et un gouvernement pour la période de transition, adopter une charte des libertés et des droits du citoyen qui aura une force constitutionnelle, opposable aux futures majorités présidentielle et parlementaire, adopter une Constitution qui sera soumise à l’approbation du peuple par voie référendaire et, enfin, organiser des élections présidentielles et législatives conformément à la nouvelle Constitution ».

La démocratie n'est pas seulement le verdict des urnes

Enfin, conscient que le verdict des urnes risque d'être défavorable au courant démocratique, maître Mokrane Ait Larbi refuse de limiter le sens de la démocratie « au seul verdict des urnes qui, au nom de la majorité, risque de bâillonner les voix discordantes et d’écraser les minorités ».

Il affirme sans ambages que « sans garanties consensuelles préalablement établies par tous les acteurs politiques, autour des libertés et de l’égalité citoyenne, le suffrage universel risque d’être le tombeau des espoirs trahis depuis l’indépendance, et ressuscités par la révolution en cours ».

Laisser un commentaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.. Lisez notre Politique de confidentialité.

En savoir plus