Photo d'une voiture dans une chaine de montage.

Montage automobile : voici la liste des modèles autorisés à l'assemblage en Algérie

Le gouvernement de Noureddine Bedoui a fixé le montant des importations en SKD/CKD à chaque constructeur automobile autorisé à assembler des véhicules en Algérie. De même que la liste des modèles de voitures à assembler, selon un document du ministère de l'Industrie et des Mines. 

Cette décision ne concerne que les quatre constructeurs automobiles autorisés à assembler en Algérie, à savoir Volkswagen, Renault, Hyundai et Kia qui devront se partager les deux milliards de dollars réservés à l'importation de SKD/CKD.

En fait, par cette décision, le gouvernement veut plafonner le montant des importations de SKD/CKD à deux milliards de dollars. L'objectif clair étant de baisser la facture des importations, notamment depuis quelques semaines, le gouvernement ayant décidé de reprendre le contrôle sur le secteur du montage des véhicules. Un secteur tombé sous l’emprise des constructeurs, accusés de faire leur loi en dehors des cadres juridiques.

Réduire la facture des importations de véhicules

Dans le même ordre d'idées, le ministre de l'Industrie et des Mines a décidé de répartir ce montant de deux milliards sur les quatre constructeurs concernés. Le constructeur français vient en tête avec 660 millions de dollars, suivi de près par l'Allemand Volkswagen avec 600 millions de dollars. Viennent ensuite loin derrière les Coréens de Hyundai avec 360 millions et de Kia avec 380 millions.

Aussi, il a été décidé de limiter les modèles à assembler en Algérie pour chaque constructeur, comme pour Sovac-Volkswagen qui n'a le droit de produire que la Caddy, la Golf, l'Octavia et l'Ibiza, alors que Renault est limité à la Sandero, la Symbol et la Clio. Pour Kia, il est question de monter la Rio, la Picanto et la Cerato, alors que Hyundai est autorisé à assembler la Tucson, la Santa Fe, l'Accent RB, la Sonata, la I20 et la Creta.

Pour rappel, et toujours dans le secteur de l'automobile, le gouvernement Bedoui a pris la décision, le 11 mai dernier, d'autoriser de nouveau l'importation des véhicules d'occasion, avec l'intention de faire baisser les prix à la consommation et réduire la facture des importations.

Deux jours plus tard, une information fait état de la volonté du même gouvernement de limiter l'importation par les particuliers des véhicules d'occasion à l'Allemagne, c'est-à-dire que les Algériens ne seraient pas autorisés à importer des véhicules d’occasion à partir de la France. Aucune réaction des autorités n'est venue confirmer ou démentir cette information.

2 commentaires

  1. Ping : Algérie : Le Japon veut se lancer dans le montage automobile
  2. Ping : Algérie : Vers une pénurie des véhicules neufs sur le marché ?

Laisser un commentaire