Paris : Rassemblement contre l’instrumentalisation de la mémoire de Lounès Matoub

Affiche : appel du Collectif pour la défense de la mémoire de Lounès Matoub a un rassemblement citoyen. Sur l'affiche, on lit : 24 février 2019, à 14:30, place Trocadéro (Parvis des droits de l'homme)
Affiche : appel du Collectif pour la défense de la mémoire de Lounès Matoub a un rassemblement citoyen.

Le Collectif pour la défense de la mémoire de Lounès Matoub a appelé à un rassemblement citoyen le 24 février prochain à la place Trocadéro, à Paris (France) pour dénoncer l’instrumentalisation de la mémoire du chanteur kabyle par l’État algérien.

L’objectif de ce sit-in est de « dénoncer l’instrumentalisation de la mémoire de Lounès Matoub et la perversion de son combat par le pouvoir algérien », indique le collectif dans une affiche partagée sur les réseaux sociaux.

Le Collectif pour la défense de la mémoire de Lounès Matoub est né le 26 novembre 2018 à Paris. Ses animateurs affirment leur « détermination à défendre la mémoire de Lounès » et à combattre ceux qui « pensent pouvoir la souiller et pervertir son combat ».

Pour rappel, le Collectif a – par le passé – dénoncé le « projet » de musée que les autorités  envisageaient de construire à la maison de Lounès Matoub, à Taourirt-Moussa. Ils dénoncent aussi l’organisation à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, fin janvier, d’un colloque international lors duquel Lounès Matoub a été honoré à titre posthume par les autorités officielles. « Que la mémoire de Lounès Matoub soit protégée des menaces de ceux-là qui l’ont assassiné et dont le seul objectif est la perversion du combat de Lounès Matoub », lit-on sur le même document.

Affiche : appel du Collectif pour la défense de la mémoire de Lounès Matoub a un rassemblement citoyen. Sur l'affiche, on lit : 24 février 2019, à 14:30, place Trocadéro (Parvis des droits de l'homme)
Affiche : appel du Collectif pour la défense de la mémoire de Lounès Matoub a un rassemblement citoyen.

Lire également : « Récupération de la maison de Matoub par l’État » : nouveau rebondissement