Algérie : Kamel Daoud se dit victime de censure

Photo de Kamel Daoud écrivain et journaliste algérien d'expression française.
Kamel Daoud écrivain et journaliste algérien d'expression française.

L’écrivain et journaliste, Kamel Daoud, se dit victime de censure : « mes entretiens téléphoniques avec des médias étrangers à partir de l’Algérie subissent tous le même ciseau. La communication est coupée dès que je commence à parler », a t-il écrit dans un tweet.  

Très actif sur la scène médiatique internationale, comme un franc soutien du mouvement populaire contre le système politique en place, Kamel Daoud déplore les coupures de ses communications téléphoniques à partir de l’Algérie, avec des médias étrangers.

Ainsi, l’auteur de « Meursault, contre-enquête » , dénonce la censure de ses interventions téléphoniques sur des médias étrangers, et implicitement sa mise sous écoute téléphonique.

« Des pratiques staliniennes »

La nouvelle sortie de Kamel Daoud va renforcer les doutes sur les intentions du pouvoir politique en place, se disant déterminé à changer le système pour la fondation d’une nouvelle république de libertés.

En effet, les engagements de la lettre de l’actuel chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, dans laquelle il a annoncé son renoncement au cinquième mandat mais aussi le report des élections présidentielles, sont fortement contrariés par des pratiques qualifiées de « staliniennes » par les internautes.